Les produits laitiers sont bons pour les os, la croissance, la santé.

Le lait contient des protéines animales uniquement. Une protéine animale contient une haute teneur en soufre (comparé à une protéine végétale), ceci se retrouve dans la haute proportion d’acides aminés à base de soufre. Le corps a besoin de soufre oui, mais pas en si grandes quantités. Le principal responsable est la methionine. Nous en avons besoin d'un minimum oui, mais en excès, cela devient toxique.

Ces acides aminés sont alors métabolisés en une forme d'acide sulfurique (puis éliminés par l’urine). Lorsque vous consommez une protéine animale, vous consommez donc davantage de soufre, ce qui augmente l’acidité de votre corps. Or votre corps est censé être légèrement alcalin (pH légèrement supérieur à 7.)

Que fait votre corps pour diminuer l’acidité de votre corps ? Il utilise des minéraux présents dans votre corps, le calcium de vos os entre autre.

Ainsi en consommant du lait animal, contenant des protéines animales, vous allez demander à votre corps d’utiliser le calcium de vos os pour le traiter. (Vous remarquerez aussi que l’industrie laitière rajoute des suppléments de calcium dans ses produits… Malheureusement pour les personnes suivant un régime omnivore, cela ne suffit pas à éviter les fractures ou l’ostéoporose.)

A ce sujet, le lait animal est la principale cause d’ostéoporose (avec la déficience en vitamine D).

Si vous voulez avoir des os solides, consommez des végétaux (ne contenant pas ces protéines trop riches en soufre), allez au soleil suffisamment pour ne pas être déficient : vous n’aurez pas besoin de suppléments de calcium car votre corps ne gaspillera plus le vôtre pour baisser l’acidité de votre corps. A noter que l’ostéoporose n’est pas causée par le manque de prise de calcium, mais est le résultat d’une perte de calcium !

D’après une étude à ce sujet, une femme (l’étude ayant été réalisée sur des femmes) qui doublerait sa prise de protéines animales perd entre 1 et 1.5% de sa masse osseuse en un an ! (Par l’urine, suite à la consommation de protéines animales, entre autre de lait extrêmement riches en protéines, mais il en ira de même pour le reste à base de protéines animales.)

Imaginez les effets sur dix ou vingt ans pour une personne suivant un régime omnivore, consommant de la chair animale et du lait en grandes quantités. Ainsi, ce n’est pas étonnant que l’on retrouve une épidémie d’ostéoporose dans tous les pays où la consommation de lait est très élevée, la France en faisant partie bien évidemment. (C’est donc pareil avec le fromage et le beurre. Je le précise au cas où. A noter que dans ces derniers, c'est du concentré, nous y retrouvons donc davantage d'hormones, de protéines animales, de dioxines… : Le tout étant bien évidemment mauvais pour la santé.)

La consommation de protéines végétales a été observée comme ne causant pas cette perte de calcium dans l’urine par contre. (Ce qui montre bien qu’il y a un certain taux de soufre à ne pas dépasser, celui qui est adéquat pour obtenir un pH convenable est celui qu’on obtient en consommant des protéines végétales.)

Pour approfondir le sujet encore davantage le sujet, vous pouvez chercher les travaux du Dr. Deborah Sellmeyer à ce sujet.

 

Pour la prise de calcium aussi, saviez-vous que pour 100 grammes donnés, le lait maternel humain en contient seulement 33mg. Alors que nous parlons ici de la croissance d’un bébé, avec le développement de son squelette !

A titre de comparaison, le lait de vache en donne 120 mg, et les « formules enfants » que l’on peut trouver de nos jours pour les bébés qui ne sont pas allaités, il s’agit de lait en poudre de vache à peu près dans tous les cas, tournent dans les plus de 500 mg ! Si vous pensez que c’est adapté pour un bébé humain… Imaginez les conséquences.

Heureusement, rien n’est jamais définitif en santé (à moins de se mutiler d’un organe…). Tout est récupérable, en faisant des choix appropriés.

 

De plus à propos de la consommation de produits laitiers, il a été prouvé par plusieurs études que le taux d'IGF-1 (un facteur de croissance, servant normalement à faire prendre du poids au veau) augmentait avec la consommation de lait. Des études ont aussi démontré qu'un taux élevé d'IGF-1 augmentait non seulement les risques de cancer du sein et de la prostate, mais aussi le taux de mortalité par cancer ! En effet, chez l'être humain, cela stimule l'apparition de cellules cancéreuses et donc de cancers.