Vaccination : généralités et le cas du « gardasil ».

Plus j'apprends de choses sur la médecine, plus je me sens obligé de donner quelques éléments de réflexion à certains ici qui veulent se donner la peine d'y réfléchir et d'en parler autour d'eux.

Je vais aborder de nouveau le sujet des vaccins, dans cet article exclusivement sur ce sujet. Nous pouvons en assimiler un plus ou moins à un fléau qui est en train de se propager partout dans le monde, je parle du vaccin donné pour l'HPV (Human Papilloma Virus) du nom de "Gardasil". Il est utilisé officiellement pour prévenir du cancer du col de l'utérus, de lésions précancéreuses. [Note de 2013 : 4 ans après, je croise encore régulièrement des filles à qui j’en parle et qui sont choquées suite à la lecture de cet article, on me dit souvent « mais pourquoi le médecin qui m’a fait le vaccin ne m’a pas tout expliqué, pourquoi il ne m’a pas donné le choix mais me l’a imposé ? Et bien c’est le but de cet article, proposer une vue alternative de ce sujet et redonner un pouvoir de décision aux personnes qui vont décider d’y aller ou non. Devant votre médecin, vous pourrez alors en discuter, en parler, voir ses réactions et ainsi vous pourrez décider par vous-même si vous le ferez ou non !]

Tout d'abord, je vais parler d'un gros problème de réflexion de la part des médecins qui imposent les vaccins, puis nous verrons plus en détail ce qu'il en est en réalité de ce "Gardasil" et quels sont ses effets.

 

Les vaccins, améliorent-ils la santé ou au contraire, blessent-ils bien davantage ?

Vous êtes-vous déjà posé des questions sur l'efficacité des vaccins ? Si vous avez lu mon article précédent à ce sujet, peut-être l'avez-vous fait maintenant !

Dans ce cas et surtout si vous avez essayé d'en discuter autour de vous, vous avez du remarquer que ce sujet ressemblait à une sorte de religion. Nous pouvons critiquer certaines choses plus ou moins librement, mais dès que nous nous attaquons aux vaccins, nous touchons à un dogme qui provoque de violentes réactions.

Selon la plupart des gens, l'efficacité des vaccins n'est pas à questionner, les maladies ont presque disparu, non ?

Pour rappel de mon ancien article, j'avais montré que les courbes données durant les études de médecine sont incomplètes et ne tiennent pas compte de la diminution des cas de 90% à près de 100% grâce à l'évolution des conditions d'hygiène en particulier. Ils ne montrent les courbes qu'à partir du moment où ils mettent en place les vaccins, soit à partir du moment où les maladies ont presque entièrement disparues naturellement et ils mettent cela sur le compte de l'efficacité de leurs vaccins. (Tout ceci est davantage détaillé dans l'autre article, intitulé « Les vaccins [Introduction médecine : partie 2] ».)

Maintenant, venons-en au problème dans le raisonnement des médecins qui imposent les vaccins. Pour les piéger, c'est très simple. Parlez leur de la sélection naturelle. Pour eux, les hommes d'aujourd'hui sont "la crème de la crème" sélectionnés durant des dizaines et des dizaines de milliers d'années de sélection naturelle où les plus faibles ont disparu.

Ainsi, ils disent que le système immunitaire est très évolué puisqu'il a permis à ces gens là, ces êtres "supérieurs" d'avoir survécu pendant que les autres ont disparu.

La question à leur poser est très simple :

Si le système immunitaire est si évolué grâce à la sélection naturelle, quelle est l'utilité des vaccins ? Ces derniers millénaires, il n'y avait pas de vaccins et l'homme est bien là, alors en quoi le fait d'intervenir sur le système immunitaire, ce système si évolué, peut changer quelque chose ?

Soit ils prennent le parti des vaccins, soit de la sélection naturelle, mais s'ils adhèrent aux deux (comme la plupart d'entre eux), alors ils se contredisent en disant à la fois que le système immunitaire est très performant mais qu'il faut intervenir car sans intervention humaine par les vaccins, le système immunitaire serait trop faible ! Il y a déjà quelque chose qui cloche, non ?

 

Autre remarque au sujet de réflexions à ce sujet. Nous parlons d'immunisation avec les vaccins, ce à quoi je réponds "que nenni !".

L'immunisation se fait au niveau cellulaire, les vaccins sont primitifs, il s'agit (comme je l'avais expliqué dans l'autre article) d'injecter le virus/microbe atténué ou tué afin de provoquer une réaction du système immunitaire dans le but de "l'entraîner".

Cela n'agit absolument pas au niveau cellulaire. C'est pourquoi une personne vaccinée peut attraper de nouveau la maladie alors qu'une personne qui l'aura eu naturellement et en aura guérit naturellement sera immunisée pour le reste de sa vie (pour les maladies d'enfance type coqueluche par exemple).

 

Aussi, avant d'aborder le sujet du vaccin contre l'HPV, je vais parler d'un vaccin qui me fait "sourire" à chaque fois que je l'entends. C'est bien évidemment le vaccin contre la grippe !

Chaque année, des millions de gens se font vacciner contre cette dernière, ils vont l'attraper et devinez quoi ?! L'année suivante, ils vont se faire vacciner de nouveau !!! Comme si l'année précédente ne leur avait pas suffit pour comprendre que cela ne servait à rien. Même si on suppose que les vaccins fonctionnent, cela devrait mettre la puce à l'oreille qu'il y a un souci quelque part. L'explication est simple : les vaccins contre la grippe sont développés à partir de la souche virale de l'année précédente. Or, chaque année le virus de la grippe mute. Ainsi, même si la vaccination fonctionnait, ce n'est pas la bonne souche atténuée qui est injectée, mais celle qui n'existe plus dans la nature l'année de l'injection. Evident que cela ne pourrait pas fonctionner dans tous les cas, non ?

 

Ce que beaucoup ne savent pas, c'est qu'à la naissance, nous avons notre système immunitaire qui n'est pas 'entrainé' et plus faible que par la suite. En effet, c'est en attrapant des maladies par des voies naturelles pour lesquelles notre corps dispose de défenses que nous pouvons le renforcer et nous immuniser contre des tas de maladies lors de notre enfance. En injectant directement dans le sang ces virus, bactéries, du mercure, de l'aluminium, du formaldéhyde et d'autres poisons, on affaiblit directement le nourrisson au lieu de renforcer ses défenses.

Encore, je peux comprendre que certaines personnes croient en l'efficacité des vaccins et qu'ils le fassent pour des maladies mortelles, mais les maladies que nos grands-parents avaient tous et n'en sont jamais mort, cela sert à quoi si ce n'est empoisonner le nouveau né ? Quelle justification pourrait-on y trouver si ce n'est un intérêt financier qui s'y cache derrière ?

Je vais prendre l'exemple de mon neveu qui, durant ses deux premières années, a été vacciné au minimum une fois tous les mois !!! Ils sont des vaccins pour tout aujourd'hui c'est à croire… Imaginez la quantité de mercure, aluminium, formaldéhyde injectée.

Aussi, j'ai appris avec horreur il y a quelques temps que le vaccin de l'hépatite B était obligatoire pour tous les enfants pour pouvoir les inscrire à la crèche !!! Plus ça va, plus il y a de vaccins obligatoires… Comme lorsque nous entrons à l'école, collège, lycée, on nous demande de montrer que nos vaccins sont à jour, l'école étant obligatoire (ce sera l'objet d'un autre article), les vaccins le sont aussi du coup. C'est une "belle" manœuvre pour l'imposer à tout le monde…

Cherchez les chiffres de l'autisme dans le monde, un lien direct a été découvert avec la vaccination en masse. Petite note sur l'autisme, il en existe plusieurs types dont certaines formes dites 'légères' où les personnes demandent à ce que ce soit considéré comme caractéristique et pas comme une maladie qu'il faudrait 'traiter' : le Syndrome d'Asperger par exemple. Dans ce cas évidemment, un vaccin ne provoquera jamais ce type « d'autisme » qui n'en est pas vraiment un. Ils sont parfaitement normaux dans leur différence et il serait temps d'apprendre à accepter les gens tels qu'ils sont lorsqu'ils sont différents de la 'norme' et s'adapter aussi à eux et pas seulement dans le sens inverse où les minorités subissent sans arrêt…

Pour en revenir aux vaccins, du mercure est injecté directement dans le sang. Le mercure provoque l'autisme… il a d'ailleurs été classé comme matériau dangereux puisqu'il provoque purement et simplement la mort si inhalé, avalé ou en contact avec la peau, qui est le plus grand organe de notre corps et qui absorbe ce qu'on y met dessus !

De même, l'aluminium a été lié avec la maladie d'Alzheimer. Cela attaque le système nerveux. A chaque fois que nous faisons un vaccin, cela attaque notre lobe frontal, la partie de notre cerveau qui se charge de notre mémoire, de notre capacité à raisonner, notre perception du monde, etc.. (En simplifiant, se faire vacciner pourrait s'apparenter à une méthode pour rendre une personne moins « intelligente » qu'elle ne l'est en réalité, cliniquement.)

 

En résumé, les nouveaux nés à notre époque sont 'bombardés' de vaccins qui vont affaiblir leur système immunitaire : ils vont être sans arrêt malades car affaiblis. Cela signifie du profit pour Big Pharma (l'ensemble des multinationales pharmaceutiques), à la fois grâce aux vaccins, mais grâce aux complications liées aux vaccins, toutes les réactions allergiques, les chocs anaphylactiques (quand cela ne mène pas à la mort de la personne…), etc.. Ils sont gagnants sur toute la ligne.

Depuis, à cause de toutes ces substances extrêmement toxiques, les vaccins ont aussi pour effet "secondaire" de rendre stérile. (Avez-vous remarqué le nombre de jeunes couples qui ont du mal à concevoir naturellement de nos jours ?)

Pour la stérilité, il y a plein d'autres substances qui vont la provoquer, mais cela mériterait un article à part.

Je n'ai abordé que quelques complications, je vais citer une liste à peu près exhaustive des complications liées aux vaccins par la suite.

 

 

Gardasil, vaccin donné contre l'HPV pour prévenir le cancer du col de l'utérus, qu'en est-il en réalité ?

Maintenant, nous allons prendre le point de vue selon lequel le système immunitaire serait déficient et incapable de se défendre et que les vaccins sont absolument nécessaires.

Nous prendrons l'exemple du vaccin "Gardasil" pour illustrer cet exemple. Je vais me baser sur le dossier consacré à ce sujet par Mike Adams, auteur du site Naturalnews.com, pour ce qui suit.

Ainsi, il a découvert que pour la FDA (l'organisme qui régule la nourriture et les "médicaments" aux Etats-Unis), depuis 2003, l'HPV n'est plus lié au cancer du col de l'utérus. Cela faisait 20 ans que la FDA avait régulé le test de l'HPV comme un test du cancer du col de l'utérus.

Ainsi en octobre 2007, la société HiFi DNA a poursuivi la FDA (voir ici, en anglais : http://www.news-medical.net/?id=31180 ), pour passer la technologie utilisée pour détecter l'HPV en classe II, selon le fait que la FDA avait déjà pris la position selon laquelle l'infection par l'HPV ne cause pas le cancer du col de l'utérus. (Voici la demande de reclassification, toujours en anglais bien évidemment : http://www.fda.gov/ohrms/dockets/dockets/07p0210/07p-0210-ccp0001-01-vol1.pdf )

Ce qu'il faut en déduire est que la FDA savait que l'HPV ne causait pas ce cancer, pourtant la FDA a approuvé le vaccin "Gardasil", de même qu'elle a approuvé la vaccination en masse au niveau national, en utilisant la peur du cancer pour l'imposer à une très grande partie des jeunes filles. (Inutile de dire qu'en bons moutons en France, nous avons suivi — même si ce n'est pas obligatoire pour le moment ici —, comme à chaque fois, d'où l'intérêt que je porte à ce qui se passe aux Etats-Unis.)

Dans la demande de reclassification, il est cité un article de la FDA dans lequel elle annonce clairement que l'HPV ne provoque pas le cancer. Il se trouve qu'ils n'ont toujours pas supprimé ce texte, vous pouvez le voir ici en anglais :

http://www.fda.gov/bbs/topics/NEWS/2003/NEW00890.html

Je vous traduis la partie qui nous intéresse le plus :

« Bien que le taux d'infection par l'HPV est haut dans ce groupe, la plupart des infections sont de courte durée et ne sont pas associées avec le cancer du col de l'utérus. »

Qu'est-ce que cela signifie en sachant que cette publication date de 2003 ?

Le  vaccin "Gardasil", vaccin contre l'HPV je le rappelle, est censé protéger de ce cancer. Il est donné pour empêcher le cancer du col de l'utérus de se développer en protégeant de l'HPV, alors qu'on vient de voir que même la FDA (qui protège tout le temps les intérêts économiques de Big pharma) a déclaré que les deux n'étaient pas liés !

A partir de là, nous pouvons d'ores et déjà penser qu'il s'agit d'une fraude. Mais poursuivons.

 

Je vous traduis un autre passage de ce texte :

« La plupart des femmes ayant l'HPV parviennent à éradiquer le virus et ne souffrent d'aucune conséquence visible sur le long terme pour leur santé. »

Là encore, quelle est l'utilité d'un vaccin, si eux-mêmes déclarent que ce n'est pas 'si dangereux' ?

Continuons la lecture de la demande de reclassification, nous trouvons alors que le vaccin augmentait les risques de développer des lésions précancéreuses de 44.6% chez les personnes déjà porteuse de la même souche d'HPV que celle présente dans le vaccin.

La seconde raison évoquée lorsqu'on veut imposer ce vaccin est de diminuer le risque de provoquer les lésions précancéreuses alors qu'en réalité, il augmente ce risque !

Pour simplifier, si une jeune fille est porteuse de l'HPV dans un état inoffensif, le fait de la vacciner va activer le virus et provoquer des lésions précancéreuses. (Cela doit rappeler à certains l'histoire de la Polio, dont le vaccin avait provoqué une énorme hausse du nombre de cas et de morts alors que la maladie avait presque totalement disparue avant la vaccination en masse…)

Pour injecter le vaccin sans prendre le risque d'activer le virus, il faut donc l'injecter uniquement aux jeunes filles n'ayant pas l'HPV. Virtuellement toutes les filles ayant déjà eu des relations sexuelles sont porteuses de souches de ce virus. Il faut savoir que dans certains Etats américains, la vaccination est déjà obligatoire. (En France, ils le proposent en insistant et en faisant peur aux jeunes filles, mais ce n'est pas encore obligatoire.)

Cela signifie lorsque c'est obligatoire, qu'il va y avoir toutes les jeunes filles adolescentes qui se retrouvent dans une salle close, avec un médecin aiguille en main qui demande à la jeune fille si elle a déjà eu des relations sexuelles. [Note de 2013 : Certaines filles m’ont fait part de leurs témoignages depuis, les médecins ne demandent même pas apparemment, ils vaccinent peu importe les conséquences et semblent tout ignorer de ce sujet…]

C'est tout à fait 'normal' bien entendu pour le bien être des jeunes filles… La vie privée, cette notion existe-t-elle encore de nos jours ?!

Il faut se rendre à l'évidence, l'établissement médical n'a ni morale, ni éthique de nos jours. (Il faut garder en tête que c'est obligatoire déjà à certains endroits et qu'aucune fille ne peut y échapper, ce n'est pas un choix ! Heureusement, ce n'est pas partout comme cela et beaucoup ont encore le choix et c'est la raison d'être de cet article, informer, donner toutes les clefs en main afin de faire son choix, pour sa santé !)

Maintenant, dans ce dossier, l’auteur a proposé quelques scénarios liés à ces questions.

Une jeune fille peut mentir, elle peut dire être 'vierge' alors qu'elle a déjà eu des relations sexuelles. Le médecin va donc la vacciner et augmenter grandement le risque qu'elle développe un cancer du col de l'utérus.

 

Premier cas :

Pas active sexuellement

Ne reçoit pas le vaccin Gardasil

Deuxième cas :

Pas active sexuellement

Reçoit le vaccin Gardasil

Troisième cas :

Active sexuellement

Ne reçoit pas le vaccin Gardasil

Quatrième cas :

Active sexuellement

Reçoit le vaccin Gardasil

 

A partir des documents de la FDA, voici les plus probables résultats :

Premier cas : Pas de risque de cancer du col de l'utérus.

Deuxième cas : Pas de bénéfice médical lié au vaccin.

Troisième cas : La présence de l'HPV s'autolimite et ne provoque pas le cancer du col de l'utérus.

Quatrième cas : Augmentation de 44,6% des risques de lésions précancéreuses. Pas de réduction du risque pour le cancer.

 

Le vaccin Gardasil n'apporte strictement aucun bénéfice quel que soit le cas ! Il n'existe pas de sous-groupe qui en bénéficie. Par contre, il y a bien un cas où le vaccin augmente les risques.

Autrement dit, le vaccin Gardasil n'aide personne mais il en blesse certaines.

 

Je ne sais pas si vous commencez à réaliser la fraude qu'est ce vaccin, mais il y a pire. Il est présenté comme totalement inoffensif et est imposé dans de plus en plus de cas…

Continuons dans l'horreur, Merck, le fabriquant de ce vaccin, a publiquement suggéré que les jeunes garçons reçoivent ce vaccin ! Ils donnent la raison selon laquelle ils pourraient avoir des relations sexuelles orales avec des filles qui sont porteuses du virus. Donc, ils disent qu'il faut les vacciner. Oublions le fait que les garçon n'ont pas de col de l'utérus bien évidemment !!! Ce n'est qu'une simple broutille sans importance pour Merck voyons : les bénéfices avant tout le reste !

Voilà le niveau scientifique des grands groupes pharmaceutiques… proposer des choses toxiques à des personnes qui ne peuvent en aucun cas en avoir besoin, mais ce n'est pas grave, il faut vacciner tout le monde sans plus attendre !!!

 

Dans le but de creuser davantage la conclusion selon laquelle le vaccin est inutile, nous allons regarder une étude réalisée sur les effets du vaccin sur les jeunes femmes avec la préexistence du virus (publiée dans le "Journal of the American Medical Association", en août 2007).

Vous trouverez le document ici (en anglais comme toujours) : http://louisville.edu/medschool/med-peds/residents/journal-club/11-07%20Article.pdf

Je vais reprendre (et traduire) les passages cités par Mike Adams de naturalnews dans son dossier à ce sujet. Il cite la conclusion de la recherche :

« Aucune preuve d'un effet thérapeutique lié au vaccin n'a été observée dans les analyses restreintes aux femmes ayant reçu toutes doses du vaccin ou celles avec la présence d'infection par l'HPV avant. Nous n'avons observé aucune preuve des effets du vaccin lorsque nous avons stratifié l'analyse sur la réflexion de différents paramètres des caractéristiques d'entrée de l'étude. De façon similaire, aucune preuve des effets du vaccin n'a été observée dans les analyses stratifiées par d'autres paramètres d'entrée de l'étude pensés pouvoir potentiellement influencer le taux d'élimination et l'efficacité du  vaccin, incluant le temps depuis l'initiation sexuelle, l'utilisation de moyens contraceptifs oraux, fumer des cigarettes, et l'infection concomitante avec l'infection par le C. trachomatis et le N gonorrhoeae. »

En autres termes, les auteurs de l'étude n'ont trouvé aucune preuve que le vaccin puisse fonctionner. Cette observation a amené les auteurs à déclarer :

« … le taux d'élimination du virus sur une période de douze mois n'est pas influencé par la vaccination. »

Puis :

« … étant donné que le taux d'élimination ne diffère pas selon les différents groupes traités et que l'infection virale est le meilleur prédicateur du risque de progression, il est peu probable que la vaccination puisse avoir un impact bénéfique significatif sur le taux de progression des lésions.

Les résultats de nos études basées sur notre communauté procurent une forte certitude qu'il y a très peu, s'il y en a, de bénéfices thérapeutiques liés au vaccin dans la population étudiée. En outre, nous ne voyons aucune raison de croire qu'il y a un bénéfice thérapeutique du vaccin ailleurs comme les effets biologiques de la vaccination parmi les femmes déjà infectées n'est pas attendu à varier par rapport à la population. »

Dit autrement, le vaccin ne fonctionne pas sur la population étudiée et il n'y aucun raison de croire qu'il pourrait fonctionner miraculeusement sur d'autres populations puisque biologiquement les femmes et l'HPV sont très similaires chez toutes les populations.

 

Maintenant, revenons sur les complications et conséquences liées à ce vaccin inutile, que nous pouvons maintenant réellement apparenter à une véritable fraude.

Une étude réalisée à Sydney et publiée dans le "Canadian Medical Association Journal" montre que le taux de complications liées à ce vaccin est entre 5 et 26 fois supérieures à celles liées aux autres vaccins. (Etude réalisée sur 114000 jeunes filles.)

Parmi ces jeunes filles, il y a eu 8 cas confirmés, et 4 suspectés, d'anaphylaxie. Ce qui donne 2,6 cas pour 100000 personnes, en comparaison, le vaccin contre la méningite avait provoqué 0,1 cas pour 100000 personnes.

Ce n'est qu'une complication parmi tant d'autres. Je vais vous citer une liste à peu près exhaustive des complications liées aux vaccins, par ordre d'apparition, c'est-à-dire, court, moyen et long terme. (Je me base sur un tableau qu'une connaissance en 5e année de médecine m'avait fourni.)

 

A court-terme :

– La maladie elle-même ou ses formes atypiques : coqueluche, paralysie (ressemblance avec la polio)

– Allergies : urticaires (géantes), eczéma, exanthèmes, asthme, inconfort et sensation d'évanouissement, inflammations pénibles, réactions locales, ganglions enflés, choc anaphylactique pouvant mener à la mort

– Fièvre

– Attaques rénales

– Purpura

– Œdème

– Rhumatisme

– Problèmes gastro-intestinaux

– Mort subite du nourrisson : 1 à 3 semaines après le vaccin

– Toutes les affections aigues du système nerveux : encéphalite sévère ou peu sévère, pan-encéphalite (vaccin rougeole), méningite, attaques neurologiques irréversibles, Guillain-Barré, paralysie cérébrale, dégât cérébral majeur

– "Infarctus vaccinal" (sujets de 30-40 ans)

– Hépatite B

– Anomalies ou mort du Fœtus

 

A moyen terme :

– Désordres neurologiques

   * Autisme

   * Dégâts cérébraux : convulsions, enfants hyperactifs, cris continus, problèmes d'appétit (anorexie, boulimie), attaque des nerfs crâniens (cécité, surdité, mutisme, dyslexie), hypotonie, paralysie spastique

   * Problèmes mentaux : développement mental retardé, problèmes de comportement, problèmes de personnalité, problèmes intellectuels, problèmes d'apprentissage, hypersexualité, instabilité émotionnelle, délinquance juvénile, personnalité sociopathe, comportement criminel

– Leucémies chez l'enfant

– Infections répétées

– Nombreuses allergies

 

A long terme :

 – Effets définitifs

   * Déséquilibre de notre corps (l'écologie individuelle)

   * Fragilisation de notre système immunitaire

   * Dérange l'intérieur de nos cellules : altération permanente des chromosomes (ADN), malformations

   * Introduction de particules étrangères transmissibles au génome d'une espèce (nouvelles mutations)

– Résultats

   * Sclérose en plaques

   * Leucémie

   * Cancer

   * Sida (qui est un effondrement total du système immunitaire [Note de 2013 : j’ai écrit un article sur ce sujet que vous trouvez sur ce site])

   * Malformations congénitales

– Stérilité

– Syndrome de fatigue chronique

– Epilepsie

– Maladie de Parkinson

– Maladies cardio-vasculaires

– Allergies

– Maladies dégénératives

   * Alzheimer

   * Lupus

   * Arthrite

   * Réapparition d'anciennes maladies résistantes aux traitements et médicaments

   * Apparition de nouvelles maladies inconnues

   * Défauts génétiques héréditaires

   * Mutation de l'espèce humaine

 

Voilà pour cette liste. Maintenant, en médecine, on nous dit qu'il faut utiliser certaines substances si les effets bénéfiques surpassent les effets secondaires.

Sans parler de l'efficacité même des vaccins, comme le Gardasil qui est totalement inutile comme nous venons de le voir.

Pensez-vous une seule seconde que les effets bénéfiques de vaccins puissent surpasser tous ces effets dits "secondaires" tel que provoquer la maladie pour laquelle ils sont supposés "immuniser" la personne ?!

 

J'espère que cet article amènera certaines personnes à réfléchir, à en discuter autour d'elles pour essayer de lutter contre ce fléau qui fait tous les jours des victimes.

Une réflexion au sujet de « Vaccination : généralités et le cas du « gardasil ». »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>