Le végétarisme, un trouble psychologique !

Je ne sais pas comment introduire ce billet d'humeur, alors je vais commencer directement.

Voici le lien que l’on m’a passé : http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/modes-de-vie/l-orthorexie-l-obsession-de-l-alimentation-correcte-1338395-2014-03-03

Je vais écrire selon plusieurs styles, dont la satire. Si je dis des choses qui vous choquent, regardez dans mon blog, vous trouverez, je pense, les réponses aux questions que vous vous posez.

 

Déjà l'introduction, il faut s’accrocher, c’est violent :

« Locavores, végétariens, végétaliens, crudivores, allergiques au sucre, au gluten, au lait… des particularités alimentaires surgissent partout. Qu’est-ce qui nous prend ? »

Premiers mots de l’article « Un nouveau trouble… »

L’association est claire : être végétarien, c’est un trouble comportemental. Surtout après la question « Qu’est-ce qui nous prend », le lien va forcément se faire dans la tête des lecteurs ou de ceux qui ont écouté à la radio car vous pouvez écouter, c’est dit dans l’introduction à la radio, donc des millions de gens l’ont entendu. Ils n’y vont clairement plus par quatre chemins pour tenter de discréditer cette partie de la population.

 

Ensuite, nous pouvons lire : «Vous me direz, c'est très bien d'avoir une alimentation correcte, on sait à quel point notre santé en dépend. Mais les personnes qui sont touchées deviennent de véritables maniaques de l'alimentation. »

A nouveau, les termes sont très forts, les végétariens sont donc des maniaques ! Après extrémistes, c’est peu original certains diront… Mais c’est tellement extrême il est vrai de refuser de massacrer inutilement des animaux innocents ou de polluer la planète et de préférer donc local pour limiter cela, c’est tellement extrême de chercher à ne pas s’empoisonner.

La conclusion était donc évidente, ceux qui cherchent à bien faire ne peuvent être que des maniaques !

 

Je poursuis l’article et je tombe sur ce paragraphe :

« L'orthorexique a un problème avec la qualité de ce qu'il mange. Selon le Pr Apfeldorfer,  se nourrir pour lui c'est se soigner, ce qui le conduit à écarter bon nombre d'aliments qu'il pense dangereux et qui ne le sont pas forcément. Par exemple, les personnes qui écartent tout aliment contenant du gluten, le pain, la farine, certaines céréales, sans même savoir s'il est vraiment allergique. Ou d'autres encore qui ne mangent que des fruits et des légumes cueillis 30 minutes avant d'être consommés, de peur qu'ils ne perdent leurs nutriments… ce qui au passage, doit être très pratique lorsqu'on n'habite pas à la campagne. »

Allons-y ! On y apprend des choses très intéressantes, lancées comme cela, sans aucun contre argumentaire. Le gluten est d’un seul coup sain pour la santé ! C’est magique, on sait parfaitement aujourd’hui que c’est une catastrophe, ce pourquoi il y a des tas de gens qui ont de grosses intolérances (souvent elles n’en ont pas conscience, comme avec le lait animal d’ailleurs), mais là, ils le disent, c’est bon, ça suffit à tout contredire : c’est bon pour la santé, on vous le dit !

Pour le reste, je pense qu’ils ont quelques soucis de culture à france info, car le pain est fait à partir de… farine. Certaines céréales ils disent, à ma connaissance le blé est une céréale, dans laquelle on retrouve le gluten… Et bien bravo, en fait ils ont juste décrit les différents éléments à chaque étape et leur point commun qui pose problème. On part de la céréale avec laquelle on obtient de la farine avec laquelle on fait du pain et dans le tout on trouve du gluten. Bravo france info, il fallait oser ! C’est aussi une bonne méthode pour faire passer pour fous ceux qui sont informés sur le gluten aux yeux de ceux qui n’ont pas la moindre idée dans quoi on va en retrouver !

Autrement, je ne sais pas si vous l’avez noté, mais « se nourrir pour lui c’est se soigner ». C’est « amusant », mais il y a un certain personnage, du nom d’Hippocrate, très peu connu certes de nos jours… c’est simplement le « père » de la médecine, pas important donc. Il avait déclaré « Que ton aliment soit ta médecine ». Et il avait tellement tort, que de nos jours où presque personne ne prend garde à son alimentation, et bien le peuple n'a jamais été en si mauvais état de santé, avec des tas et des tas de maladies dégénératives. Ca valait le coup d'ignorer son conseil !

Bon d’accord, c’est donc anormal de faire preuve de sagesse comme l’avait préconisé Hippocrate. La santé, c’est uniquement par big pharma. Puis avec Big pharma, c'est tellement mieux, on ne prévient rien, non, aucun souci à se faire. On attend qu’on soit bien malade… et comme ça, ils en retirent un maximum de bénéfices sur le long terme. N'est-ce pas magnifique de diaboliser la prévention par l’alimentation pour le profit des géants pharmaceutique ?

Je vous rappelle au passage que l'introduction de l’article stipule bien qu’ils incluent le végétarisme, le végétalisme, le crudivorisme dedans ! Donc il faut garder en tête tout le long que c’est le message que les omnivores vont retenir des végétariens ! Attendez-vous à avoir du « niveau » prochainement dans vos débats avec les omnivores. (Oui à ce stade, j’imagine bien qu’ils ont arrêté la lecture et que j’écris seulement pour rassurer les végés qui vont se sentir moins seuls peut-être pour le coup.)

D’ailleurs vous connaissez le « bingo végétarien » ? Regardez ici, c’est amusant : http://arnaud-p.fr/art/bingo.jpg (Image trouvée sur le blog d’insolente veggie. Si vous ne connaissez pas son blog, cherchez dans google, vous risquez d’aimer !) On va peut-être pouvoir ajouter des cases selon la popularité de cette nouvelle invention qu'est l'orthorexie : « maniaques. » ; « malades mentaux ». De gentilles choses comme cela. Elle n’est pas belle la vie d’un végé dans cette société ?!

 

« Ces orthorexiques deviennent obsédés par la nourriture, considèrent leur corps comme un temple qui doit bénéficier de toutes les attentions. Il y a presque de la religiosité là-dedans. Ils finissent par se couper du reste du monde et de leur entourage : très difficile d'entretenir une relation normale avec quelqu'un qui ne pense qu'à cela et qui vous fera vivre l'enfer pour que son obsession soit satisfaite. »

C’est effectivement un choix, comme la religion, de subir l’inquisition des gens qui n’acceptent pas qu’on puisse avoir des choix de vie différents des leurs ! Et c’est si difficile pour ces gentils omnivores qui demandent gentiment au gentil tueur dans l’abattoir de massacrer un animal pour eux — dont le statut restera donc celui de « meuble » comme cela a été décidé visiblement par un certain Hollande qui n’a pas bien compris que l’exécutif n’est pas censé avoir de pouvoir législatif… Mais cela ne dérange apparemment personne ce genre de déclaration, soit, passons.

 Du coup nous avons ce gentil omnivore qui fait tout comme on le lui dit. Mais le végétarien, attention c’est un grand méchant, c’est quelqu’un d’impossible à vivre, c’est l’enfer de le côtoyer ! Il dénonce tout cela, mon dieu, vite, un sol meuble que je puisse faire l’autruche et continuer à consommer sans réfléchir, loin de tous ces végétariens et autres empêcheurs de tourner en rond qui n’ont rien d’autre à faire de leur journée que de venir nous embêter avec des choses inutiles comme la souffrance animale, la santé ou la pollution ! Quelle bande de rabat-joie !

Car il faut noter quand même que la majorité des végés le sont pour des raisons éthiques : aucune mention de cela dedans afin de permettre aux gens de ne pas faire l’amalgame entre végé = orthorexique. Non, si les gens deviennent végétariens, le sous-entendu clair et fort de cet article, c’est qu’ils ont une obsession psychologique, qu’ils ne vont pas bien dans leur tête, et puis c’est tout ! C’est la cause, unique, qui pousse les gens au végétarisme !

 

Le passage suivant est assez cocasse :

«C'est facile, on peut facilement se laisser gagner par ce type de comportement sans même s'en apercevoir, et c'est toujours sous couvert de bonnes raisons. L'orthorexique a toujours un beau discours idéologique à servir pour justifier sa manie. Si vous lui posez une question, vous partez pour une heure de cours sur les dangers de pesticides.»

J’y suis vraiment donc sous tous les points ! Mon dieu vous vous rendez compte. Je suis informé. Je peux donc débattre en profondeur des sujets comme les pesticides justement. Ca alors, c’est donc anormal d’avoir beaucoup de choses à dire à ce propos ! Il faut bien évidemment consommer bêtement, acheter sans réfléchir dans les hypermarchés, peu importe d’où ça vient, peu importe si c’est bio. Et oui, là ça sous-entend clairement que s’inquiéter des pesticides, ce n’est pas normal, donc manger bio, ça doit sans doute faire partie de « l’orthorexie » ! (Et vous verrez à la fin que c'est bien ça, c'était bien sous-entendu !)

 

Continuons donc :

« Patrick Denoux, psychologue, qui vient de publier un livre sur le sujet, y voit l'apogée de l'individualisme, le désir d'être parfait, mais aussi le résultat des différentes crises alimentaires comme la vache folle ou la listéria, la peur des maladies, comme le diabète ou le cancer. Nous sommes tous inquiets devant les changements environnementaux, climatiques, et nous tentons de reprendre "la main", le contrôle, sur ce qui nous échappe. Notre assiette, elle, ne nous échappera pas !  Si vous ajoutez une jouissance de toute-puissance sur soi, jouissance assez proche de celles que connaissent ces grands contrôleurs que sont les anorexiques, vous avez une idée des raisons qui nous amènent  à passer deux heures à trier les graines que nous mangerons à la place d'un délicieux et grassouillet croissant au beurre ! »

C’est donc individualiste d’essayer de consommer local ou d’être végé ! Bah oui, évidemment. C’est si individualiste de vouloir faire vivre les petits producteurs locaux plutôt que les monstres que sont les multinationales, les pauvres petites choses sans défense, il ne faut pas être « locavore ». Mieux vaut l’intensif, c’est tellement meilleur de goût de plus.

« Le désir d’être parfait », euh ? J'en perds mes mots. J’ai déjà vu des vegans mettre mal à l’aise des gens qui ont l’impression à côté d’eux de mal se comporter. Et d’un côté, ça peut se comprendre, on a une personne qui essaie de minimiser son impact sur l’environnement, qui limite le plus possible les souffrances qu’elle cause aux êtres sensibles qui peuplent cette planète. Et de l'autre, on a quelqu’un qui réalise que son impact sur l’environnement est désastreux, qui cause des tas de souffrances non nécessaires, il y a de quoi culpabiliser sur le coup ! (Et l'immense majorité des végés est passée par cela un jour.)

C’est ce qui donne lieu à ce genre d’article sur france info où les attaques n’ont aucun sens, où ils ont carrément inventé un « trouble » dans le but de critiquer les personnes qui essaient de limiter l’impact négatif qu’elles ont sur la planète. Car il ne faut pas se leurrer, nous sommes une espèce qui pollue, qui détruit. On a encore beaucoup de mal à respecter l’environnement qui nous permet pourtant de vivre : on a vidé les océans de la vie qui jadis les peuplait, détruit les coraux qui produisaient une immense partie de l’oxygène de la planète, déforesté des forets majestueuses comme l’Amazonie pour l’élevage intensif afin de nourrir des gens dans les pays riches avec des choses carrément pas adaptées à leur physiologie… Logique.

Puis donc, c’est dans la tête de ces personnes végés que l’alimentation pourrait prévenir des maladies. Ce n’est pas normal de vouloir éviter d’avoir un cancer ! C’est avoir l’illusion d’un contrôle !

Discours de Big Pharma : faire peur aux gens pour leur faire croire qu’ils n’ont aucun pouvoir sur leur santé, que tout n’est que le fruit du hasard. Mais par contre, il faut leur payer de véritables fortunes, se ruiner, se faire mutiler, se faire empoisonner, se faire irradier, pour finir par être tué par le système… Ca, c’est le bon comportement à avoir ! C’est le sous-entendu de l’article du moins. (Mais pour le voir, encore faut-il connaître tous les dessous du système médical peut-être. J’en parle dans d’autres articles.)

Puis évidemment, après les « brouteur d’herbe », le végétarien est maintenant un « compteur de graine ». On les voit d’ailleurs, dès le printemps le long de la route, un peu partout en France, en train de compter leurs graines, chaque jour. Pendant au moins deux heures. Vous les voyez aussi n’est-ce pas ?!

Alors que ce si gentil français, qui consomme ce bon croissant au beurre typiquement du pays, lui, mais c’est un ange ! Dans le beurre, il n’y a rien de mal. Cela ne cause aucune souffrance et puis c’est quoi si on tue les veaux à quelques mois après leur naissance en ayant pris soin de mal les nourrir pour qu’ils aient la chair plus claire. C’est quoi si on tue les vaches dès qu’elles produisent un peu moins de lait, vers leurs 5 ans en gros. Si on les viole chaque année pour qu'elles produisent du lait, qu’on leur vole leurs bébés à chaque fois. Ce n’est pas grave si on les voit courir après la voiture qui a volé leur bébé, dans la détresse absolue, hurlant…

On vous le dit, manger un bon croissant au beurre : c’est ça agir bien, être normal ! Cela n'a aucune conséquence néfaste !

 

Ensuite, nous trouvons ceci :

« Comment faire pour s'en sortir ?

Avant tout je voudrais rappeler que toute attitude excessive en termes d'alimentation est néfaste. Patrick Denoux propose de voir nos assiettes d'un autre œil, et de faire coexister quatre valeurs, faciles à mémoriser.

Lesquelles ?

- la valeur "doudou", celle qui nous réconforte, nous rappelle notre enfance. Cela peut être du couscous ou du pain d'épices, peu importe. En tout cas, c'est cette valeur qui nous rassure.

- la valeur santé, c'est à dire l'équilibre de l'alimentation.

- la valeur modernité, qui permet d'éviter de grandes erreurs hygiéniques, sous prétexte d'authenticité.

- la valeur ouverture, qui permet de découvrir d'autres cultures. »

Là au moins c’est clair : la valeur santé, c’est juste de manger équilibré, sans se poser de question, sans prendre garde aux pesticides (vous voyez, je vous l'avais dit, bio c'est aussi probablement être maniaque à leurs yeux !), sans se soucier de rien d’autre. Ensuite si on prend en compte ce qu’est une alimentation équilibrée officiellement, on se retrouve donc avec quelque chose de très bon pour la santé, effectivement.

Je ne sais même pas par où commencer tant c’est bon… La bonne viande et les bons produits laitiers à consommer chaque jour, car un cancer, c’est tellement génial ! Demandez à ceux qui en subissent s’ils en sont contents, si les douleurs sont « chouettes » ! Car personne ne parle de toutes ces personnes qui souffrent le martyr chaque jour, à cause de ce système (industries et tout le reste) malsain responsable de leurs souffrances, sans parler aussi des inombrables « erreurs » où les responsables n'assument même pas leurs actes, ils sont protégés par le système ! Le seul qui souffre, c'est le peuple, mais ça, c'est acceptable, n'est-ce pas ! Surtout tant que ceux qui contrôlent les médias s'en mettent plein les poches.

Puis plein de protéines animales, que demander de plus qu’une dose massive d’acide aminé de méthionine, histoire d’avoir énormément de soufre, ce qui augmente l’acidité de notre corps, ce qui l’amène à prendre le calcium de nos os afin de le traiter et de rétablir un pH légèrement basique dans notre sang. Franchement, je me demande bien qui pourrait ne pas avoir envie de se retrouver avec une masse osseuse si faible en étant âgé que la moindre chute provoque une fracture et un passage dans le système médical… (Dans le cas présent, cela signifie évidemment plein de bénéfices pour big pharma, sur la souffrance de pauvres gens qui auront été manipulés et extrêmement mal informés par l’école, le gouvernement, les médias, qui servent tous les intérêts de toutes ces industries. Industrie de la viande, industrie laitière, industrie pharmaceutique… Chaque industrie a sa part du gateau et il y en a un qui les paie toutes : le peuple.)

Et puis évidemment, à chaque petit souci, ils ont des tas de drogues, qu’ils appellent « médicament » alors que ça ne correspond pas à la définition du mot. « Médicament » signifie substance curative. Eh bien, bonne chance pour trouver des « médicaments » qui guérissent des maladies. Cherchez, allez-y. Je ne sais pas moi, par exemple les psychotropes comme disons des antidépresseurs, vous en prenez et pouf, la dépression a disparu et vous n’avez pas à en prendre pendant des années, c’est bien connu.

Ca, ils ne manquent pas de vous en proposer ! Même si ces drogues vont ensuite causer des tonnes de problèmes, sans même résoudre celui pour lequel elles sont données : elles « maintiennent », elles « stabilisent ». C’est ce qu’ils vous diront… Magnifique, payer pour que rien ne s’améliore et qu’à côté cela cause des tas de problème pour lesquels ils proposeront bien évidemment des tas de « médicaments ». Génial, ça fonctionne si bien ce système de la maladie ! (Pour eux du moins… car pour nous…)

 

France info est écouté par des millions de gens… Cela signifie donc que des millions de gens vont maintenant agresser encore plus les végés, les « taxer » de malades mentaux, leur dire d’aller voir des psy car ce n’est pas normal d’aller chercher plus loin que « mangez 5 fruits et légumes par jour » pour la santé. Que toute chose approfondie au-delà est forcément néfaste, extrême, et qu’il faut sortir de là car ce n’est pas sain de chercher à vivre sainement ! Bien évidemment. C'est juste dans la tête des gens qui on le désir d'être parfaits ! Mais ça ne fait pas d'eux de bons petits consommateurs obéissants qui se feront largement exploiter par big pharma plus tard, du coup c’est mal, c’est « le » mal !

 

Etre ignorant, n’avoir aucun esprit critique, ne rien anticiper, leur donner tout pouvoir sur notre vie, se laisser manipuler par toutes leurs publicités, c’est la bonne chose à faire !

Et maintenant si vous vous préoccupez de votre santé, que vous vous dites « végé », que vous voulez consommez local, mon dieu, mais vous avez un grave trouble psychologique ! (Ils inventeront peut-être une drogue, un psychotrope pour « soigner » cela. Qui sait.)

Vous êtes anormal d’être quelqu’un qui fait preuve de bon sens, on ne vous demande pas cela voyons, il ne faut pas ! Alors ressaisissez-vous, soyez un bon mouton de Panurge !

Consommez, ne réfléchissez pas, ne vous préoccupez de rien. C’est ça un signe de bonne santé mentale !

3 réflexions au sujet de « Le végétarisme, un trouble psychologique ! »

  1. Catherine onfray

    En ce qui me concerne ils peuvent me traiter de malade mentale autant qu’ils le veulent, ça ne changera pas ma conviction. « ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison ».

    Répondre
  2. caroline

    bonjour, je viens vers vous car je viens de me faire « écharper » au sujet du mode de vie vegan et du choix de ne plus manger d’une part de la viande et d’autre part de réduire au max le lait et les oeufs. J’avais mis sur ma page fb des éléments sur les arguments biologiques humains, comme par exemple la question des dents ( canines humaines et non canines comme les chiens ou chats) et je me suis fait rentrer dedans sur ce point là, disant que c’était stupide comme argument et surtout faux Et ensuite, j’ai eu l’argument selon lequel les yeux des humains sont des yeux de prédateurs et non des yeux d’herbivores ….. je fait des recherches sur l’aspect moral, éthique et aussi, c’est l’objet de ma question sur les coté biologiques , adaptation, destination …. est-ce que vous avez des pistes sur ce dernier point en particulier ? l’homme est un primate et j’a parfois l’impression qu’il comprend des caractéristiques à la fois des prédateurs et des herbivores, une sorte de mix … merci pour toutes vos idées et pistes de recherche ou de réflexion …

    Répondre
  3. alex v dawn

    mon point de vue c’est que c’est surtout une question de choix, les deux sont viables
    Certains veulent être des prédateurs. Même avec tous les arguments de la terre, ils resteront carniste car ils font plaisir leur ego avant l’extérieur. Leur plaisir prime avant tout.C’est le stade esthétique. Certains n’en sortent jamais, n’atteignent jamais le stade éthique.
    Et puis y’en a d’autres, aussi, qui ont trop peur du sortir du troupeau, qui ne s’en trouve ni le courage, ni la force. D’être différent.
    Ceux là peuvent changer plus facilement d’avis si on les rassure , j ‘imagine.

    Puis y’a ceux qui font passer l’éthique, la non violence, la paix, avant leur petit plaisir, en refusant d’avoir un comportement prédateur.

    Mais bon, cette prédation peut aussi ressurgir dans d’autres domaines.

    Répondre

Répondre à alex v dawn Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>