Insoumission à l’école obligatoire.

C'est un livre datant de 1982 mais dont les chiffres ont été actualisés en 2006. Ce livre est, malheureusement, toujours valable aujourd'hui, c'est même devenu bien pire.

Il est disponible gratuitement en pdf sur le site de l'éditeur : http://tahin-party.org/cbaker.html

Je n'ai pas encore tout lu, je lis beaucoup de livres en parallèle tout en lisant sur internet des pages par centaines quotidiennement, du coup je peux mettre des mois voire des années à terminer un livre, mais j'aime beaucoup ce que j'ai lu dans celui-ci jusque là. (Même s'il y a certaines choses avec lesquelles je ne suis pas forcément en accord. Comme le fait de croire que le système éducatif n'a pas été pensé comme ça selon l'auteure : si, il l'a été par Carnergie et Rockefeller au 19e siècle. Mais rares sont les personnes qui ont fait des recherches là-dessus, ce n'est pas une information très accessible non plus et ils ne s'en vantent pas bien évidemment, ce qui n'étonnera personne.)

Là je viens de lire un passage avec lequel j'ai été d'accord toute ma vie :
« Il faut empêcher toute discrimination fondée sur la scolarité. Il est absurde et injuste de juger (en bien et en mal) un homme sur son passé scolaire. Qu’est-ce que c’est que cette pratique qui consiste à se renseigner sur tel ou tel pour savoir s’il s’est montré dans son jeune âge capable de répéter ce qu’on lui demandait de répéter ? Ça rime à quoi ? »

 

A l'école, je n'ai jamais compris pourquoi il fallait que je répète des choses qui avaient été prouvées fausses, mais en y repensant, même pour ce qu'on suppose vrai, pourquoi le répéter sans y ajouter de réflexion, d'esprit critique ? Quel peut être le but de répéter un programme, de penser comme le système souhaite qu'on pense et pas à notre façon ?

La réponse est assez simple à vrai dire : c'est purement et simplement du conditionnement pour servir la société, la faire perdurer ainsi.
L'école ne cherche pas à instruire les gens. Non, le but est de faire rentrer les gens dans un moule, dans le rang. Tous identiques, puis qu'ils soient triés par des diplômes inutiles. Car un diplôme ne donne pas le savoir-faire, l'expérience oui. Ai-je besoin de parler des difficultés pour trouver un emploi pour les jeunes, diplôme en main, mais sans expérience professionnelle ? Les diplômes ne sont ni plus ni moins qu'une méthode de sélection pour donner l'autorisation ou non d'aller dans un domaine donné. Je suis intimement convaincu qu'il y a de nombreuses personnes qui ne peuvent pas travailler dans le domaine qu'elles souhaitent à cause de ce blocage alors qu'autrement elles feraient des merveilles. (Il suffit de regarder dans l'histoire de l'humanité d'où sortaient certains grands inventeurs par exemple. En comparaison actuellement, nous vivons dans un système « fermé », « bloqué ».)

Aujourd'hui, 100% des enfants de 3 ans sont scolarisés alors que l'école n'est même pas obligatoire à cet âge ! Vous imaginez, il y a si peu de parents qui souhaitent encore éduquer leurs enfants plutôt que de les jeter dans le moule de la société, que les chiffres officiels les considèrent tout simplement comme négligeables. (Chiffres de l'INSEE)

Regardez ce qu'on apprend à la maternelle… Comme quoi certains animaux sont "méchants", que les animaux sont bien traités dans les fermes, que c'est normal de les exploiter, de les manger, de boire du lait animal, à faire des gribouillis sans intérêt… De faire des dessins de ce qui est considéré par la société comme "réussite" : le bon consommateur lambda de base.

De même qu'on trouve des jeux pour « trouver la différence », l'entourer, la pointer du doigt : absolument génial pour amener ces futurs adultes à respecter les gens différemment d'eux-mêmes bien entendu, leur apprendre à écarter la différence… Ce qui paraît parfaitement innocent va en fait préparer et conditionner le mental du jeune enfant. Ce n'est pas ça l'éveil de l'enfant. Il s'agit de conditionnement pour les amener à un certain type de pensée qui servira ensuite les intérêts des industriels. Ils sont préparés à cela durant toute leur scolarité et ce dès l'âge de 2 ou 3 ans car en effet la plupart sont scolarisés dès deux ans !!!
Au final toute leur éducation dépend entièrement des programmes choisis par l'Etat… ils n'ont strictement aucun choix, tout leur est imposé, comme le fait d'aller dans une classe où une personne inconnue leur impose d'apprendre des choses contre leur volonté. C'est tout de même assez troublant comme image.

Que ce soit en primaire ensuite, au collège ou au lycée, on n'apprend pas aux enfants à réfléchir, non. On leur apprend à répéter les choses, à suivre des fils directeurs très précis. Ce qui est appelé 'réflexions' est jugé par un professeur qui est censé détenir la « vérité », celle de l'Etat gouvernant en réalité. Le professeur est lui aussi tenu de se conformer au programme, sous peine d'être tout simplement « remercié ». De même que, participants à ce système et leurs revenus en dépendant, ils vont finir par le défendre, même inconsciemment. Très rares sont les gens qui se risqueraient à perdre leur emploi pour faire « la bonne chose ». (Et cela se comprend… malheuremsent.)

L'école est obligatoire de 6 à 16 ans tout simplement parce que c'est le moment où l'esprit est dit le plus « malléable », rien de plus. C'est simplement une mesure de contrôle de la société, pour se protéger elle-même de potentiels esprits déviants. Mais rien de pratique n'est appris aux enfants durant cette période, uniquement des choses non utiles et généralistes afin qu'ils soient dépendants de cette société de consommation et qu'à chaque fois qu'ils voudront quelque chose, à chaque fois qu'ils se poseront une question, qu'ils soient obligés de faire appel à cette société et consomment.

Ne me dites pas qu'il est possible de proposer d'autres idées dans ce système. J'ai démontré que certaines des théories admises étaient inexactes en physique quand j'étais à l'école, j'ai aussi montré des faits historiques faux (opérations false flag entre autre), démontré que des photos des livres d'histoire étaient truquées ou fausses, comment et pourquoi cela a été truqué et peu importe le domaine j'ai toujours reçu la même réponse : ce n'est pas le programme, il ne faut pas dire cela si tu veux 'réussir'. La réussite correspond simplement à notre conformité au système et dévier de la pensée unique est jugé être un échec. Les enseignants sont bloqués et n'ont aucune marge de manoeuvre, même ceux qui savent qu'ils enseignent des choses erronées et qui étaient d'accord avec moi. Alors, ils sont aussi victimes de ce système qui les empêcher d'enseigner comme ils aimeraient vraiment, ce qui est un tort énorme, car il y a bon nombre d'enseignants qui ont des idées géniales qu'ils ne peuvent malheureusement pas appliquer ou communiquer à leurs pairs. (Comprenez bien que dans mes articles je critique toujours le système en lui-même, mais pas les individus que je considère être des victimes de ce système.)

Ensuite, pour avoir un diplôme, on ne demande donc à personne de réfléchir par lui-même, on demande aux gens de répéter, se conformer à un type de pensée. On fait croire aux jeunes qu'ils réfléchissent oui, mais leurs pensées sont extrêmement guidées, il n'y a pas de marge pour l'originalité ou pour quoi que ce soit qui remettrait des choses en question.

 

Aussi pour en revenir au sujet, de nos jours, il est impossible pour des parents d'éduquer eux-mêmes leurs enfants, il y a tellement de contrôles et de vérifications pour savoir si l'enfant a bien appris les différentes idées imposées par ceux qui sont au pouvoir, afin d'être certains que les enfants seront de bons esclaves économiques, qu'au final ils n'ont aucune liberté pour choisir le contenu de ce qu'ils vont apprendre à leur enfant ou l'âge auquel ils vont le leur apprendre. (Alors que chaque enfant est différent et tous ne seront

Demandez-vous ceci : les droits de l'homme et du citoyen disent bien que les parents ont le droit de choisir l'éducation appropriée à leurs enfants. Alors pourquoi la loi l'interdit ?! Pourquoi l'école est obligatoire et impose un seul et unique système, retirant ainsi le choix des parents vis à vis de l'éducation qu'ils voudraient procurer à leurs enfants ?

 

On pourrait aussi se demander pourquoi il y a tant de vérifications que l'endoctrinement de l'enfant est correctement fait s'il suit l'école à la maison ?

La réponse est simple évidemment de mon point de vue : pour éviter qu'il n'y ait trop de gens qui pensent librement, qui n'auraient jamais rien appris de l'école (de la pensée unique, du façonnage dans le moule de la société) et qui se seraient fait leur propre idée à propos de tout depuis leur plus jeune âge. Aucune personne éduquée hors du système ne saurait trouver ce système bon et juste. C'est mon cas ainsi que le cas de nombreuses autres personnes comme moi, il y a toujours ce point commun quand on est autodidacte : on n'approuve pas le système qui est totalement injuste envers les gens qui le servent. Et franchement, c'est révoltant de ne pas pouvoir en parler librement et simplement aux gens sortant de ce système d'endoctrinement !

Mais officiellement bien entendu, ils vont dire que c'est dans le but que l'enfant reçoive une éducation jugée appropriée.

 

Ce qui me fait venir à un autre point. Si l'on considère que l'éducation par la voie scolaire est la plus appropriée, alors pourquoi les jeunes de ma génération ne savent pas écrire convenablement pour la plupart ? J'imagine ne pas avoir à donner d'exemples, tout le monde sait de quoi je parle, du moins je l'espère… Je n'arrive même pas à décrypter certains de leurs messages tellement c'est mal écrit, avec cette sorte de « mode » du 'sms'.

J'ai entendu récemment que le niveau d'orthographe des élèves de 3e correspondrait au niveau des élèves de CM2 d'il y a plus de vingt ans ! (Peu étonnant qu'on trouve des fautes même sur de grandes affiches dans la rue… De même que dans des tas de journaux et autres publications de grande audience où il y a pourtant plusieurs personnes qui relisent ! Je fais des fautes moi aussi, mais ici, je suis seul à me relire, bien que maintenant on pourra me signaler les fautes qui m'auraient échappées. Pour les publications sur des affiches ou dans les journaux, il y a de nombreuses personnes qui vérifient, c'est simplement impensable que des fautes énormes comme on peut en voir partout parviennent à être publiées.)

Sinon selon certaines études, nous savons qu'en moyenne un français utilise 1000 à 2000 mots pour s'exprimer, ce qui donne d'innombrables approximations et incompréhensions… Si en plus, c'est simplifié encore davantage, on va finir par se retrouver tout simplement à ne plus pouvoir communiquer les uns avec les autres.

Certes, ce n'est pas l'unique cause, mais il faut bien avouer que l'école a une part de responsabilité dans le fait que les jeunes n'aiment plus lire, ne savent plus lire car ils ne comprennent même plus ce qu'ils lisent lorsque c'est écrit dans un français correct et sont incapables de communiquer leurs idées avec les autres car là encore, ils utilisent un langage simplifié à outrance qui ne fait preuve de plus aucune précision.

A ce propos l'autre jour, j'ai lu le témoignage d'une personne qui écrivait un billet d'humeur à ce sujet aussi et qui ne comprenait pas non plus qu'on puisse faire de telles approximations de langage. Elle donnait l'exemple qu'une de ses connaissances lui parlait de lavabo. Elle avait donc imaginé la scène dans la salle de bain… Or l'autre personne parlait en fait de l'évier de la cuisine. Du coup, la première a essayé de faire comprendre qu'il y avait une différence entre les deux, que ce n'est pas la même chose, qu'une vasque avait sa place dans la cuisine et l'autre dans la salle de bain. Mais il lui avait été répondu que non, c'était pareil ?!

Pourquoi avoir une langue composée de plus d'une centaine de milliers de mots si c'est pour en utiliser seulement à peine plus de mille en disant que de toute façon, cela veut dire la même chose lorsqu'on parle de deux choses différentes ?!

Sans doute que la disparition des dictées en est une cause aussi… L'orthographe n'est qu'un exemple parmi tant d'autres…

 

Si seulement l'école n'était plus obligatoire, si seulement les parents étaient sensibilisés afin de donner une bonne éducation à leurs enfants et à ne plus se contenter de les « jeter » dans le système en leur disant simplement « bonne chance » et en pensant que leur travail de parent est accompli de la sorte. Il me semble que par le passé, il y avait un minimum d'éducation faite par les parents, ils n'attendaient pas tout du système éducatif !

Et là encore, si l'on regarde l'évolution des comportements, nous voyons que le respect d'autrui appartient au passé. Je ne compte plus le nombre de fois où la personne que je salue ne me répond pas. Le nombre de fois où une personne ne regardant pas où elle va me fonce dedans et ne s'excuse pas non plus ! (Par réflexe, j'ai tendance à m'excuser de m'être fait foncé dessus, le comble !)

De même, j'ai été choqué dès la primaire où je voyais les autres enfants se moquer de personnes âgées ayant des difficultés à se déplacer. Mais où est donc passé le savoir vivre ?

La réponse est une fois de plus évidente pour moi : c'est le rôle des parents d'apprendre ce genre de chose à leur enfant et ils n'éduquent plus leurs enfants de nos jours puisqu'ils sont jugés de bons parents simplement en faisant comme tout le monde : en envoyant leurs enfants à l'école dès 2 ans et en supposant que cela suffira. Mais l'école n'est pas censée remplacer l'éducation des parents. C'est censé « instruire » ! (Ce qu'on a vu, est tout aussi discutable dans l'efficacité à notre époque…)

 

Alors, pourquoi me suis-je égaré de la sorte ?

Lorsqu'une chose est obligatoire, il n'y a pas de choix, à peu près personne ne va s'investir dedans ou du moins pas autant que si c'était leur propre choix. Si par contre, le choix était donné, si les parents avait un pouvoir de décision sur l'éducation de leurs enfants, alors là, ils se sentiraient déjà plus concernés !

Nous pourrions faire ici un lien avec la politique, si nous avions vraiment du choix et que nous pouvions avoir un impact, alors les gens se sentiraient plus concernés ! Mais actuellement, peu importe ce que chacun votera, le résultat sera identique, alors pourquoi se soucier d'un tel système ? (Vous pouvez lire l'article sur la démocratie de l'Europe à ce propos, vous y trouverez des informations et réflexions qui vous intéresserons peut-être.)

Il en est de même avec l'école.

Il est vital pour une personne d'avoir le choix pour qu'elle s'implique vraiment dans une chose et qu'elle le fasse bien. A travers l'histoire, nous avons toujours pu observer qu'un esclave fera du moins bon travail qu'un travailleur passionné par ce qu'il fait ! Pourquoi est-ce si difficile à comprendre aujourd'hui qu'avoir des choix est si important ?

3 réflexions au sujet de « Insoumission à l’école obligatoire. »

  1. Le fantôme

    Je suis en accord avec ce que tu dis, notament lorsque tu parles des 3ème de nos jours qui ont le niveau d'élèves de CM2 des générations précédentes, si toutes les personnes de la société seraient plus exigeantes dessus, le problème ne se poserait plus, car je le vis au quotidien, et plus le temps passe, plus cela empire, tout comme le respect envers les autres (personnes âgées entre autre). 

    Bon je m'arrête de causer, car je reprendrais tout ce que tu viens de dire.

    J'admire le travail !

    Répondre
    1. ArnaudP Auteur de l’article

      Tout à fait, il faudrait qu’il y ait une prise de conscience plus générale de ce problème de niveau qui chute d’années en années, ainsi chacun pourrait déjà chercher à améliorer la tendance de son côté.

      Malheureusement d’après ce que j’ai pu observer à ce jour, la majorité des personnes qui en ont conscience sont celles de la génération d’avant 1968. Sans même parler de mai 68 (où il y a beaucoup de choses à dire), c’est logique dans un sens, ce sont ceux qui ont vu plusieurs générations, leurs enfants, leurs petits-enfants…

      Bien que là encore, il y a aussi ce que j’ai envie d’appeler « l’effet mamie » ou « l’effet papi » : tout ce que fait leur petit-enfant est jugé miraculeux, parfois à la limite du divin, ce qui n’aide bien évidemment pas les parents à se poser des questions, à chercher à savoir si ils agissent vraiment pour le mieux. Et puis du point de vue de la société ce sont de bons parents : ils ont envoyé leur enfant à l’école dès 2 ans sans se poser de question… Puis ils s’auto-congratulent entre eux, ce qui renforce leurs convictions d’avoir fait pour le mieux, bien qu’ils n’y auront jamais vraiment réfléchi au final. (Il s’agit du « principe de preuve sociale » : si une personne nous « ressemble », que nous pouvons nous identifier à elle et qu’elle décide de faire une chose, alors nous trouverons normal à notre tour de faire cette chose, nous la jugerons adaptée à notre situation, que nous pensons similaire. C’est en quelques sortes « codé » dans notre comportement et cela agit au niveau de l’inconscient.)

      Mais là, nous tombons aussi dans un autre problème assez récent, du moins il me semble. Celui des jeunes parents qui pensent « tout savoir » parce qu’ils ont un enfant. J’ai pu le remarquer à de nombreuses reprises puisque la plupart des gens de mon âge appartient justement à cette catégorie : les jeunes parents. Leur comportement change radicalement dès qu’ils ont un enfant (attention, je fais une généralité à partir de mes observations, bien évidemment il y a beaucoup de jeunes parents qui ne correspondent pas à ce type de profil et fort heureusement !), ils se mettent à parler avec une certaine suffisance dès qu’il s’agit d’éducation ou de comportement humain, ignorant au passage les conseils de leurs parents (qui ont pourtant une expérience et des témoignages à transmettre qui pourraient aider à la réflexion), rejetant les idées de ceux qui n’ont pas d’enfants sans même les écouter et parlant comme de véritables spécialistes du comportement humain. Si seulement les conséquences n’étaient pas si dramatiques, la situation pourrait être qualifiée de cocasse et non pas de désespérante. (Je ne tiens pas à trop m’égarer dans le burlesque, mais j’ai déjà eu affaire à certaines personnes pour qui visiblement avoir des rapports sexuels non protégés avec leur partenaire pendant la période d’ovulation procure l’omniscience : absolument fabuleux ! Bien que paradoxal qu’ils ne soient pas tous d’accord entre eux à propos de tout, vous en conviendrez.)

      Tout cela pour dire que ce n’est pas si évident d’amener ceux qui pourraient certainement changer le plus de choses — les parents des enfants : des futurs adultes — à réfléchir. Souvent, nous aurons face à nous des murs qui ne veulent rien entendre, persuadés de détenir la « vérité », une « vérité » qui ne doit pas être questionnée.

      Merci pour ton message !

      Répondre
  2. Clotilde

    Parfois le système ne peux pas être tenu pour responsable de tout…. il n’y a qu’à voir l’exemple de la télévision privée, où les gens « votent » pour leurs émissions préférées par le biais de l’audimat…. La libéralisation de la télévision a été vu comme un réel accroissement des libertés à l’époque où c’est arrivé, et maintenant, lorsqu’on voit ce que les gens choisissent de regarder… cela fait de la peine, et pousse aussi à se demander si les gens seraient vraiment mieux sans système éducatif…

    Je ne sais pas réellement ce qu’il faudrait pour donner envie aux gens de réfléchir plus, s’interroger sur leur vie… L’école contribue peut-être à les formater ( = accepter la société telle qu’elle est et s’y intégrer ), mais je ne vois pas en quoi cette dernière favorise l’appauvrissement du langage et l’intérêt pour la télé-réalité…. Est-ce uniquement l’effet « obligatoire » qui favorise le désengagement ?

    J’ai l’impression qu’un bon 60% de la population ne cherche pas à comprendre la société dans laquelle on vit, que 20% la comprend et l’accepte (du moins partiellement), et que 20% la comprend et la rejette. (chiffres tout à fait pifométriques). Le problème de savoir si lorsqu’on comprend la société, on l’accepte ou pas, c’est aussi de savoir quel intérêt il peut y avoir à la rejeter. Rejeter la société de consommation, la consommation de produits animaux, la pollution de l’environnement ou le discours des medias, cela a un intérêt dans la mesure où au niveau individuel on peut faire des choix qui ont un impact (si seulement 60% de la population mange de la viande, ce sera toujours mieux que 98 %) ; Par contre en matière de politique, je me demande quel est l’intérêt de s’indigner puisque la majorité silencieuse approuve et que les choses ne vont pas évoluer (par immobilisme ou manque d’alternatives crédibles….) Cela explique sans doute les forts taux d’abstention comme tu l’as dit…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>