FAQ Véganisme

Notes à propos de la FAQ

Lors de mes recherches, que ce soit sur internet ou en discutant ici et là, il se trouve que je n'ai jamais trouvé d'informations qui semblaient vraiment complètes au sujet du véganisme, tout ce que cela implique. Généralement, on trouve des sites qui se concentrent sur l'éthique, sur l'environnement ou encore sur la santé, mais trouver une source qui proposerait des réponses à propos de l'ensemble de ces sujets n'est pas si simple.

Je ne voulais pas faire un dossier trop lourd et indigeste pour la plupart des gens, alors je me suis dit que de présenter le tout sous forme d'une foire aux questions serait sans doute le plus intéressant. J'ai déjà lu sur des forums que certaines personnes étaient désolées de l'absence d'une telle source d'informations. Alors cela m'a motivé et c'est ici un manque que je vais essayer de combler…

La FAQ n'est pas définitive, il y aura très certainement des modifications, des ajouts : à ce propos, n'hésitez pas à me contacter pour me parler de sujets que j'aurais oubliés d'aborder ou pour me faire des critiques constructives, j'insiste sur ce dernier terme. Après tout, je suis seul à avoir travaillé dessus et il est évident que je ne suis pas omniscient.

J'espère que cela procurera du matériel de réponse aux végétariens et aux vegans qui ne savent pas toujours quoi répondre quand on leur pose des questions. Evidemment, tout n'est pas non plus expliqué dans les moindre détails mais j'espère que cela permettra aussi aux personnes omnivores de se poser des questions.

Je rappelle que le but n'est pas forcément de me croire sur parole, faites des recherches supplémentaires par vous-même, posez-vous des questions !

En vous souhaitant une bonne lecture,

Arnaud P.

 

Santé

Où trouvez-vous vos protéines ?

Ce dont l'être humain a besoin sont les acides aminés, il n'existe aucun besoin en protéine, tout comme il n'existe aucune personne déficiente en protéines sur la planète.

Pour les acides aminés, nous les trouvons directement dans les fruits, sous leur forme directement assimilable et donc la meilleure pour la santé. Pour les protéines, autrement, il faut que notre organisme produise l'effort de séparer les acides aminés pour ensuite pouvoir s'en servir. Manger directement une protéine ne sera jamais bon et toutes les études vont dans ce sens. Les protéines animales sont les plus mauvaises, mais les végétales ne sont pas bonnes pour la santé pour autant !

Vous pouvez lire mon article à propos du mythe de la protéine où je détaille tout cela : http://blog.arnaud-p.fr/mythe-proteine/

 

En médecine, la croyance d’un besoin d’une quantité importante de protéines est basée sur les expériences réalisées sur des rats dans les années 70.

Ces rats, sont omnivores et n'ont pas le même système digestif que nous. (Voir la réponse à la question « l’homme est omnivore », car l’homme est frugivore et n’est pas un rat. Voir la réponse à la question  « La vivisection fait avancer la médecine. » pour en savoir plus sur l’expérimentation animale.)

Les protéines végétales ne contiennent pas les bonnes proportions d’acides aminés.

(A garder en tête la réponse à la question « où trouvez-vous vos protéines » en lisant ceci.)

A l’origine, les études ayant mené à cette croyance ont été réalisées dans les années 70. Ils ont utilisé des bébés rats auxquels ils ont donné des protéines végétales en donnant une supplémentation en acides aminés de sorte à voir quand ce serait l’idéal pour la croissance des bébés rats. Puis en ont déduit qu’il fallait faire de même pour les humains...

Pourtant une vingtaine d’années plus tôt, une expérience avait été menée sur des hommes cette fois. Ils avaient démontré que la cystine (un acide aminé) à elle seule était capable de substituer entre 80 et 90% des besoins en méthionine. Chez le rat, il a été trouvé que ce taux était de 17%. Autrement dit, les besoins en acides aminés chez les rats et chez les humains ont très peu en commun.

Aussi, une autre étude avait été menée pour voir la balance azotée lors d’un régime à base de protéines végétales (de riz), comparé avec un régime dans lequel on ajoute des protéines animales. Les deux groupes avaient conservé une balance protéique positive : aucun manque de protéine. Chez le rat par contre, de donner seulement du riz provoquait une déficience en protéines et avait un impact sur la croissance ! Autrement dit, chez l’humain la balance protéique n’est pas perturbée par le fait de ne manger que des protéines végétales, même s’il s’agit que d’une seule et même source de protéine visiblement. Ce qui va dans le sens où les recommandations de proportions en acides aminés devraient être revues et réétudiées par rapport à l’être humain au lieu d’être considérées comme acquises et irréfutables.

Cela signifie clairement que les protéines dites « complètes » ne sont pas si « essentielles » et qu’il n’y a pas de raison de chercher à combiner des protéines végétales.

Preuve en est de tous ces sportifs vegans en parfaite santé, ou de ceux dans les pays (pauvres) qui consomment presque exclusivement le même type de protéine, pays dans lesquels nous pouvons voir de plus en plus de végétariens centenaires et qui l’ont été toute leur vie soit-dit en passant.

L’homme est omnivore !

Qui n’a pas « appris » cela à l’école, qui n’a pas entendu cela durant toute sa vie ? Mais qu’en est-il vraiment ?

Regardons un peu l’anatomie et la morphologie de l’être humain.

Voir ce tableau (il n’est pas de moi) :

Une note par rapport à la longueur du canal intestinal, vous trouverez des tas de valeurs différentes, pour toutes les espèces d’ailleurs. L’explication est assez simple : lorsqu’on retire les intestins de l’abdomen, ils se dilatent. Plus la durée s’étant écoulée est importante (avec une limite tout de même, mais je ne l’ai pas encore trouvée), plus les résultats indiqueront une longueur importante. (Des études ont été menées à ce sujet mettant en évidence cela.) A partir de là, il faut prendre des valeurs obtenues strictement dans les mêmes conditions. De ce fait, ce n’est pas évident de connaître avec certitude les rapports avec la longueur du corps.

 

Même en le supposant charognard trouvant la proie d’un carnivore ou d’un omnivore tel que l’ours, essayez de déchiqueter avec votre mâchoire de la chair animale. De même, mangez-la crue. Les bactéries présentes auront rapidement raison de votre santé car comme montré dans le tableau, les carnivores et omnivores ont des systèmes digestif plus courts, ainsi qu’une acidité extrêmement élevée de leur estomac, afin de justement pouvoir neutraliser ces bactéries et d’éliminer ensuite rapidement les déchets. C’est pourquoi l’humain est obligé de cuire la chair animale, pour neutraliser tout cela par la cuisson. Mais en ce faisant, les nutriments et vitamines sont aussi détruits.

J’ai trouvé aussi ce croquis que je trouve intéressant par rapport à cette question :

Les produits laitiers sont bons pour les os, la croissance, la santé.

Le lait contient des protéines animales uniquement. Une protéine animale contient une haute teneur en soufre (comparé à une protéine végétale), ceci se retrouve dans la haute proportion d’acides aminés à base de soufre. Le corps a besoin de soufre oui, mais pas en si grandes quantités. Le principal responsable est la methionine. Nous en avons besoin d'un minimum oui, mais en excès, cela devient toxique.

Ces acides aminés sont alors métabolisés en une forme d'acide sulfurique (puis éliminés par l’urine). Lorsque vous consommez une protéine animale, vous consommez donc davantage de soufre, ce qui augmente l’acidité de votre corps. Or votre corps est censé être légèrement alcalin (pH légèrement supérieur à 7.)

Que fait votre corps pour diminuer l’acidité de votre corps ? Il utilise des minéraux présents dans votre corps, le calcium de vos os entre autre.

Ainsi en consommant du lait animal, contenant des protéines animales, vous allez demander à votre corps d’utiliser le calcium de vos os pour le traiter. (Vous remarquerez aussi que l’industrie laitière rajoute des suppléments de calcium dans ses produits... Malheureusement pour les personnes suivant un régime omnivore, cela ne suffit pas à éviter les fractures ou l’ostéoporose.)

A ce sujet, le lait animal est la principale cause d’ostéoporose (avec la déficience en vitamine D).

Si vous voulez avoir des os solides, consommez des végétaux (ne contenant pas ces protéines trop riches en soufre), allez au soleil suffisamment pour ne pas être déficient : vous n’aurez pas besoin de suppléments de calcium car votre corps ne gaspillera plus le vôtre pour baisser l’acidité de votre corps. A noter que l’ostéoporose n’est pas causée par le manque de prise de calcium, mais est le résultat d’une perte de calcium !

D’après une étude à ce sujet, une femme (l’étude ayant été réalisée sur des femmes) qui doublerait sa prise de protéines animales perd entre 1 et 1.5% de sa masse osseuse en un an ! (Par l’urine, suite à la consommation de protéines animales, entre autre de lait extrêmement riches en protéines, mais il en ira de même pour le reste à base de protéines animales.)

Imaginez les effets sur dix ou vingt ans pour une personne suivant un régime omnivore, consommant de la chair animale et du lait en grandes quantités. Ainsi, ce n’est pas étonnant que l’on retrouve une épidémie d’ostéoporose dans tous les pays où la consommation de lait est très élevée, la France en faisant partie bien évidemment. (C’est donc pareil avec le fromage et le beurre. Je le précise au cas où. A noter que dans ces derniers, c'est du concentré, nous y retrouvons donc davantage d'hormones, de protéines animales, de dioxines... : Le tout étant bien évidemment mauvais pour la santé.)

La consommation de protéines végétales a été observée comme ne causant pas cette perte de calcium dans l’urine par contre. (Ce qui montre bien qu’il y a un certain taux de soufre à ne pas dépasser, celui qui est adéquat pour obtenir un pH convenable est celui qu’on obtient en consommant des protéines végétales.)

Pour approfondir le sujet encore davantage le sujet, vous pouvez chercher les travaux du Dr. Deborah Sellmeyer à ce sujet.

 

Pour la prise de calcium aussi, saviez-vous que pour 100 grammes donnés, le lait maternel humain en contient seulement 33mg. Alors que nous parlons ici de la croissance d’un bébé, avec le développement de son squelette !

A titre de comparaison, le lait de vache en donne 120 mg, et les « formules enfants » que l’on peut trouver de nos jours pour les bébés qui ne sont pas allaités, il s’agit de lait en poudre de vache à peu près dans tous les cas, tournent dans les plus de 500 mg ! Si vous pensez que c’est adapté pour un bébé humain... Imaginez les conséquences.

Heureusement, rien n’est jamais définitif en santé (à moins de se mutiler d’un organe...). Tout est récupérable, en faisant des choix appropriés.

 

De plus à propos de la consommation de produits laitiers, il a été prouvé par plusieurs études que le taux d'IGF-1 (un facteur de croissance, servant normalement à faire prendre du poids au veau) augmentait avec la consommation de lait. Des études ont aussi démontré qu'un taux élevé d'IGF-1 augmentait non seulement les risques de cancer du sein et de la prostate, mais aussi le taux de mortalité par cancer ! En effet, chez l'être humain, cela stimule l'apparition de cellules cancéreuses et donc de cancers.

Les protéines animales sont bonnes pour la santé.

Je vous invite à lire la réponse à la question « Les produits laitiers sont bons pour les os, la croissance, la santé. » J'y explique comment les protéines animales vont augmenter l'acidité de notre organisme et ce que cela implique pour notre santé. Toutes les protéines animales sont concernées par cela.

Mais les œufs, c’est bon pour la santé !

Les œufs, comme le lait et la chair animal, ils contiennent des protéines animales. (Voir « le lait est bon pour les os. »)

Si vous voulez vérifier facilement le fait que les œufs poseront le même problème que le lait maintenant que vous aurez lu ce qu’il y a à savoir sur les protéines animales. Prenez un œuf et laissez-le pourrir. Vous devriez alors obtenir un œuf pourrit ayant une odeur absolument abjecte et insupportable : c’est le soufre. (Repensez à la réponse à la question précédente à propos des effets d’une trop grosse quantité de soufre dans l’organisme.)

 

Outre cela, savez-vous ce qu’est vraiment un œuf ? C’est l’ovule de la poule. En fait, manger un œuf, cela revient à manger la menstruation de la poule. Personnellement, je ne me vois pas aller proposer à une femme une coupe menstruelle pour récupérer ses pertes… et ensuite aller le faire cuire ou l’utiliser dans une recette, mais ce n’est peut-être que moi après tout.

Faut-il prendre un supplément en vitamine B12 ?

Tout dépend de chaque cas. Vegan ou pas, une bonne partie de la population est déficiente.

A noter que toutes les vitamines sont détruites par la chaleur (de même pour les autres nutriments). Si vous mangez uniquement cuit (la cuisson à basse température permet de conserver les vitamines et nutriments), il y a de très fortes chances que vous soyez déficient et pas seulement pour cette vitamine.

Si vous faites pousser ce que vous mangez dans votre jardin, que vous ne traitez rien et que vous pouvez les manger sans les laver (on peut prendre l’exemple des tomates comme c’est la « mode » tellement c’est simple à cultiver), alors vous y trouverez la B12.

La B12 se développe aussi autour de notre bouche par exemple, certaines personnes sont déficientes pendant que d’autres ne le sont pas alors qu’elles sont végétaliennes et ne prennent aucun supplément et ne mangent rien qui devraient leur en apporter.

A savoir que chez une personne normale (avec un organisme fonctionnant normalement en tout cas), il y a un mécanisme de réabsorption de la B12 par le recyclage de la bile. Il s’agirait de 5 à 10 mg de B12 par jour qui seraient recyclés de la sorte. Cette fonction sert aussi à éliminer les formes inactives de B12. C’est pourquoi il faut au moins 20 à 30 ans avant de présenter une déficience, certains n’en présenteront jamais. Par contre, il a aussi été observé que chez les personnes ayant un métabolisme ne fonctionnant pas normalement, la déficience peut apparaître en seulement 3 ans.

Ainsi, cela peut aussi être un bon indicateur des capacités d’absorption et de digestion d’une personne. J’imagine que si quelqu’un qui avait un bon taux de B12 est très déficient trois ans plus tard, il faut qu’il remette en question son style de vie, car clairement, son métabolisme ne fonctionne pas convenablement. (Cela peut être simplement d’éviter certains produits chimiques toxiques, comme des produits cosmétiques, qui dérèglent le métabolisme par exemple, chaque cas est particulier et unique, je ne peux pas faire de généralité ici.)

 

Sinon il existe plusieurs formes disponibles à la vente, la cyanocobalamine, la methylcobalamine et l’hydroxycobalamine.

Seules les deux dernières sont assimilables directement par notre corps, la première doit être transformée pour être utilisée et contient du cyanure, bien que certains diront que c’est en quantités négligeables. Il reste à démontrer que cela n’a vraiment aucun impact car la réalité est qu’on ne peut pas le savoir avec certitude pour le moment. (Dans mon cas, j’évite ce qui contient du cyanure en tout cas.)

Aussi, la cyanocobalamine est souvent vantée car elle est dite plus « stable », c’est le cyanure qui stabilise la cobalamine et qui permet de conserver les suppléments plus longtemps avant qu’ils ne soient périmés. En somme, cela arrange principalement les producteurs et les revendeurs (ou ceux qui aiment faire de gros stocks chez eux). Votre organisme, lui, doit faire l’effort de la transformer. Certes, la dépense énergétique n'est pas énorme, mais la santé, c’est un tout. A chacun de choisir s’il préfère ajouter des « moins » ou ajouter des « plus » à son « tout » quand il a la possibilité de choisir.

 

Pour les sources végétales naturelles de B12, certaines algues en contiennent en grande quantité, mais attention à la source, certaines en contiennent de la non-assimilable tandis que d’autres le sont. Il faut vérifier au cas par cas dans un tel cas si l’on souhaite se supplémenter de la sorte.

 

Je ne ferai pas « le coup de la B12 » bien connu des végés et des vegans. Cherchez par vous-mêmes sur internet, vous comprendrez.

Ce n’est pas sain d’être vegan.

Tellement peu sain, que les études montrent que mêmes les « simples » végétariens consommant encore des sous-produits animaux très mauvais pour la santé ont une espérance de vie entre 6 et 10 ans plus longue que les omnivores.

Voir la réponse quant à « l’homme est omnivore ». Ensuite, demandez-vous ce qui est le plus sain pour votre corps, de le nourrir avec ce qu’il est capable de digérer, d’assimiler, ou de le gaver de choses pour lesquelles il est obligé de produire des efforts, de consommer de l’énergie inutilement.

Par contre attention, nourriture dite « vegan » ne veut pas dire nourriture saine. Déjà il existe aussi de la « malbouffe » vegan.

Considérez le fait que plus vous mangerez végétal et naturel — non transformé, sans additif et cru (fruits et légumes) — et mieux ce sera. Chimique ne rime pas avec sain non plus.

La vivisection fait avancer la médecine.

Il a été prouvé depuis de très nombreuses années que la biologie humaine est trop différente de celles des autres animaux pour que les résultats puissent être fiables de quelque façon que ce soit.

 

Je vais prendre l’exemple des rats, l’animal qu’on retrouve le plus souvent dans ces laboratoires.

L’humain partage 90% de ses gènes avec le rat, mais 90% de gènes partagés entre deux espèces ne signifie pas que les espèces sont identiques, de plus maintenant on sait que le génome de l’humain est aussi bien plus grand, comprenant 150 millions de paires de bases en plus que chez le rat. Comment peut-on supposer un instant que quoi que ce soit agira de la même façon pour deux espèces aussi différentes ? Si vous pensez que nous sommes très proche du rat malgré tout, je vous invite à regarder dans un miroir, vous risquez d’être surpris de ce que vous allez observer. Je pense que vous comprendrez mieux à quel point 10% de différences peuvent influencer le tout. Et pourquoi aucune étude basée sur des rats n’a la moindre importance pour l’humain. Si on veut savoir ce qui fonctionne ou non chez l’humain, et bien il faut regarder chez l’humain !

Aujourd’hui, l’évolution de la technologie permet de faire des tests, directement sur des cellules, qui eux ont une fiabilité, car c’est valable pour la biologie humaine. Ensuite, il est possible de tester sur des groupes de cellules, ainsi de suite. C’est au final infiniment plus fiable et cela montre une fois de plus que l’expérimentation animale n’a plus aucune raison d’être.

Continuer à promouvoir la vivisection aujourd’hui, sans parler de la condition animale, c’est faire courir de graves risques aux humains qui vont utiliser ces produits ensuite. Les ‘médicaments’ retirés du marché car trop dangereux et mortels, ils avaient été testés avec succès sur les animaux… Quelle utilité alors ?

 

Humanité - planète - environnement

Au lieu de vous préoccuper des animaux, vous feriez mieux de vous occuper des humains.

Lorsqu’une personne applique le véganisme au quotidien, elle l’est rarement que pour une chose. Etre vegan a des conséquences dans de nombreux domaines. En étant vegan, on participe à diminuer la consommation d'eau potable ainsi que la pollution ( http://www.viande.info/elevage-viande-ressources-eau-pollution ), à diminuer la faim dans le monde ( http://www.viande.info/elevage-viande-sous-alimentation ). Au final, cela a un impact sur toute la planète et donc sur les humains.

Plus le véganisme sera appliqué par un nombre important d’humain et plus l’impact sera important !

En quoi cela touche les humains qui meurent de faim ?

Le milliard d'humains sur Terre souffrant de la faim sont dans cette situation car au lieu de pouvoir manger ce qu'ils produisent, ils vendent leurs céréales aux pays dits « développés » (qui les exploitent) pour qu'ils nourrissent leurs animaux d’élevage afin de produire de la « viande » pour d'autres riches qui peuvent en acheter. C'est précisément parce que les pays riches veulent du lait, du fromage, de la « viande » qu'ils souffrent de la faim... Il faut environ 10kg de céréales pour en obtenir un seul de chair de vache. Si au lieu de faire reproduire autant les vaches pour nourrir ces « pays riches », on laissait ces céréales aux humains, le problème de la faim disparaitrait.

Comment produire assez de végétaux pour nourrir tous les humains ?

Si tout le monde était végétalien, il y aurait de quoi nourrir plus de 13 milliards d'humains sur Terre. Par contre, si tout le monde sur Terre se mettait à consommer de la viande comme les français par exemple, alors il faudrait entre 2 et 3 planètes ayant les ressources de la Terre pour les nourrir (pour plus d'informations, voir par exemple : http://www.viande.info/elevage-viande-sous-alimentation ).

Que deviendraient les animaux d’élevage si tout le monde devenait vegan ?

Il est évident que toute la planète ne deviendrait pas vegan du jour au lendemain, c’est impossible. Cela ne se fera que progressivement.

Nous vivons dans un système régit par l’offre et la demande. Moins il y aura de demandes, moins les producteurs proposeront d’offre, plus ils se plieront à la demande et donc aux alternatives. De nouveaux marchés feraient alors leur apparition.

C’est pourquoi le véganisme consiste à boycotter les produits animaux. Il s’agit d’arrêter de « voter » pour que ces pratiques perdurent. (Que ce soit pour l’environnement, pour les humains ou pour les animaux.)

Un vegan mange du miel quand même ?

Le miel est d’origine animale. L’abeille va l’avaler puis le vomir. Oui, le miel est du vomit d’abeille, mais comme vous vous en doutez, cela n’aurait pas fait très vendeur de l’appeler ainsi. Moins de gens en achèteraient.

A noter que le miel est censé nourrir les larves des abeilles ainsi que les abeilles adultes durant la période hivernale où elles ne trouvent pas de quoi manger. Le miel est souvent remplacé par des sirops, mais évidemment, ce n’est pas conçu pour les larves et donc leur causera des problèmes.

Par contre, pour nous humains, il existe des alternatives comme le sirop d’agave, proposant les mêmes propriétés.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire ces deux articles qui traitent des conséquences de la production de miel sur l'écosystème :

http://www.vegactu.com/sante-2/3-raisons-de-ne-pas-manger-de-miel-1248/

http://www.vegactu.com/debat/pourquoi-arreter-le-miel-largument-ecologique-1465/

 

Ethique

Qu’en est-t-il du poisson ?

Aux dernières nouvelles, le poisson faisait partie du règne animal, il ne pousse pas… ce n’est pas une plante !

Donc en manger, c’est manger de la chair animale. Si vous entendez une personne se dire « végétarienne » alors qu’elle mange du poisson, il faudrait lui rappeler la définition... De même, le « pesco-végétarisme » n’existe pas, cela n'a aucun sens. Ce n’est pas un sous-produit animal comme le sont les œufs et le lait (ovo- et lacto-), le poisson est un animal ! (Pas une chose !!!)

Il a été prouvé récemment qu’ils étaient capables de ressentir la douleur (ils ont un système nerveux, c’était donc logique : tout être vivant ayant un système nerveux ressent la douleur de façon assez similaire à nous), qu’ils communiquaient entre eux à un certain niveau. Il n’y a, aujourd’hui, plus aucune raison de considérer le poisson comme cas à part. C’est un être sensible, comme les autres.

La fourrure.

C’est une mode, datant de l’ère préhistorique. C’est totalement inutile à notre époque car nous n’allons plus mourir de froid sans, il existe énormément d’alternatives qui tiennent chaud. Si c’est le style qui plait, il existe de plus en plus de fausses fourrures.

Dans ce cas, pourquoi continuer de vouloir dépecer des animaux vivants ? (Ils sont électrocutés, noyés, ou tout simplement parfaitement vivants et conscients quand ils sont dépecés, sous prétexte de ne pas abîmer leur peau…)

Si vous ne le connaissez pas, regardez le film de type documentaire « Earthlings » par exemple, vous comprendrez mieux.

Et le cuir, ils sont déjà morts !

Et ? En achetant du cuir, vous permettez à ce système d’être si profitable. Tout est lié. Le cuir n’est là que parce qu’ils ont trouvé un moyen de plus de gagner de l’argent à partir des « déchets » de l’industrie de la viande et du lait.

En acheter, c’est cautionner toutes ces industries et donc tout ce que cela implique. (Environnement, humains, animaux…)

Mais la laine, ils ne sont pas tués !

Faux. Comme toutes les industries, il faut que ce soit un maximum profitable. Les moutons sont envoyés à l’abattoir dès qu’ils ne sont plus utiles.

Pour certains types de laine, les mères sont tuées avant même d’accoucher de leur bébé. Ceci afin de récupérer le bébé et lui voler sa peau, sous prétexte de « douceur » de cette peau.

Voir cet article pour en savoir plus : http://antigonexxi.com/2013/01/23/touche-pas-a-ma-laine-2/

Mais vous n’êtes quand même pas contre l’utilisation des animaux dans les cirques ? Et les zoos ?

Dans les cirques, les animaux vivent dans des conditions atroces, enfermés dans des cages, ils sont battus pour amuser quelques humains (un court instant) qui viennent en croyant qu’ils sont bien traités et qu’ils font ça pour leur plaisir. Ce qu’il se passe en coulisse est tout autre. Regardez le regard d’un lion sauvage, puis celui d’un autre qui a été enfermé toute sa vie, cela ne peut être plus clair.

De même dans les zoos. Les animaux sont emprisonnés et bien souvent maltraités aussi, vous seriez heureux de passer toute votre vie en prison ? Eux non plus.

Vous pouvez chercher sur internet, les caméras cachées sur ce genre de sujet, vous risquez de tomber de haut si vous ne connaissiez pas les coulisses de ces milieux.

Les élevages traitent bien les animaux, les lois sont là pour assurer qu’ils soient traités humainement.

Les lois ne reconnaissent pas les animaux d’élevages comme des êtres sensibles mais comme des produits. Vous traitez humainement vos meubles ? Il en est de même pour la majorité de ceux qui travaillent dans ce secteur où le mot d’ordre est la rentabilité ! Plus la situation économique est délicate, plus il y a de maltraitances généralement.

A nouveau, regardez le film « Earthlings ». Il est gratuit sur le site officiel en anglais ou sur youtube sous-titré en français.

Vous pouvez aussi lire ce blog par exemple sur ce qu’il se passe en France dans ce que la plupart vont considérer les ‘meilleures conditions’ : Au coeur du problème

Ils sont tués humainement aujourd’hui, ils sont assommés avant !

Déjà, tirer un projectile en acier dans la tête d’un autre être vivant peut difficilement être appelé un acte « humain ».

Que diriez-vous si quelqu’un arrivait et vous tire dessus contre votre volonté ? Vous lui direz « merci d’avoir été humain envers moi » ?

C’est étrange comme formulation « cela a été fait humainement alors c’est acceptable ». Si quelqu’un vient chez vous demain et vous dit « Bonjour, je suis ici pour vous violer humainement, je vous prie de bien vouloir m’en excuser », vous allez être ravis ? Vous allez le remercier ? Vous allez vous vanter auprès de vos amis comme quoi c’est génial, vous avez été violés humainement ?!

Un acte horrible reste un acte horrible, peu importe comment on le qualifie, il n’est pas possible d’appeler cela « humain ».

En plus souvent, comme ce qu’on peut observer dans l’ensemble des vidéos prises dans les abattoirs, ils reprennent conscience ou ne l’ont pas perdue du tout pendant tout leur parcours. Et ils sont parfaitement conscients au moment où ils se font saigner, pendus par une patte, et se débattent jusqu’à la fin...

C’est très dur à regarder il est vrai, mais si vous posez la question, il ne faut pas avoir peur de la réponse qu’on peut y trouver. La réalité dans ce domaine est horrible et cruelle, l’ignorer en disant que c’est trop dur à regarder, c’est continuer de participer à cela, à en être la cause, à demander à quelqu’un d’autre de le faire pour vous. C’est être complice.

Et le lait, elles ne sont pas tuées pour le lait !

L’industrie laitière est en réalité, une des plus cruelles. Elles sont tuées dès qu’elles produisent moins de lait et ne sont plus assez rentables pour le producteur, généralement entre 5 et 7 ans. A comparer aux 25 ans d’espérance de vie d’une vache. (Voir l'article sur mon blog : http://blog.arnaud-p.fr/la-condition-animale-exemple-de-lindustrie-laitiere/ )

En quoi il y a de la cruauté dans le lait ?

Outre le fait que les femelles qui vont produire du lait sont violées tous les ans et branchées à des machines, leurs petits leur sont volés rapidement après leur naissance, le plus souvent dans le jour qui suit. Car il ne faut pas qu’il boive de lait, il est à destination du consommateur humain ce lait.

Qu’arrive-t-il aux petits ?

Si c’est une femelle, elle deviendra comme sa mère une productrice de lait, sera violée tous les ans, jusqu’à l’âge de 5-7 ans et sera envoyée à l’abattoir.

Si c’est un mâle, il sera enfermé dans un enclos où il n’a pas de place, il sera mal nourrit de façon à développer une carence en fer, pour que sa chair soit blanche. Et au bout de quelques mois, il sera envoyé à l’abattoir. Regardez dans les champs où il y a des vaches laitières qui semblent être bien traitées si vous voyez souvent des taureaux…

( Pour plus d'informations à nouveau, voir mon article : http://blog.arnaud-p.fr/la-condition-animale-exemple-de-lindustrie-laitiere/ )

Mais l’être humain peut consommer du lait animal quand même, si j’ai ma vache et que je garde le veau !

Peu importe si plus de 75% de la population ne peut pas le digérer ! (Intolérance au lactose)

Mais l’industrie a trouvé une astuce, ils ajoutent une enzyme digestive, le lactase. Cette enzyme est présente chez le bébé avant le sevrage mais on ne la trouve plus chez les adultes des différentes espèces. Cela permet d’éviter les réactions allergiques et les gens peuvent en consommer sans être ‘trop’ malades. Ils développeront plein de maladies, cancers, mais comme ce sera dans des années, personne ne fera le lien évidemment.

Mais les œufs, elles ne souffrent pas les poules ?!

La grande majorité des œufs vendus proviennent de poules élevées en batterie. Elles sont enfermées dans des cages, sans même pouvoir déployer leurs ailes, envoyées à l’abattoir dès qu’elles ne pondent plus assez.

Voir les vidéos de l’association L214 si vous n’avez aucune idée de comment cela se passe. Vous pouvez les trouver sur youtube : http://www.youtube.com/user/AssociationL214

Voici un exemple :

http://www.youtube.com/watch?v=qQ12Pz03fnM

Et les poules élevées en plein air !

Déjà il faut faire attention à la notation « plein air », cela ne veut pas dire en liberté. Elles sont toujours confinées dans de petits espaces.

Dans tous les cas, même si elles étaient en liberté totale, le même problème existerait : les poussins mâles.

Ils ne peuvent pas être utilisés de façon rentable pour leur chair, et ne peuvent pas pondre. Donc à la naissance, les bébés sont triés et les mâles envoyés à la broyeuse, ou jetés dans des sacs poubelles. Ce n’est pas rentable de les garder. Pour chaque poule pondeuse, pour chaque poule qui se retrouve à l’abattoir un jour, il y a un mâle qui a été tué bien avant aussi.

Vous pouvez voir ici comment cela se passe :

http://www.youtube.com/watch?v=Eoa6uS4KYZw

Les animaux n’ont pas de conscience, ils ne pensent pas.

Il a été démontré que les animaux peuvent apprendre de nouvelles choses. Certains, comme les corbeaux, sont capables d’analyser une situation pour résoudre des problèmes avec ingéniosité. (Ingéniosité dont je ne suis pas convaincu que certains humains sauraient faire preuve…)

La question de la conscience est plus complexe. Il nous est impossible de savoir la façon dont ils pensent exactement puisque nous sommes différents. Mais quand on prend le temps de les observer, et de comparer leurs comportements avec ceux des humains comment peut-on penser qu’ils n’ont pas de conscience ?

Pourquoi un animal resterait des heures à côté de son camarade/partenaire qui vient de mourir écrasé par une voiture ? N’est-ce pas là un signe qu’ils sont comme nous, tristes en prenant conscience que l’être aimé est parti, souhaitant qu’il revienne à la vie, en vain...

Que faudra-t-il comme preuve que les animaux nous ressemblent bien plus qu’on ne veut bien l’admettre ? Ils ne parleront pas notre langage, c’est le nôtre. Ils ont le leur, propre à eux, il serait peut-être temps d’essayer de les comprendre au lieu de les dénigrer sans cesse pour leur différence.

Par contre, étrangement, ils sont jugés nous ressembler suffisamment pour la vivisection, cela n’a pas de sens !

Pourquoi ne pas acheter les produits testés sur les animaux ?

Que ce soit les boissons (jus de fruits, alcool), les produits cosmétiques, les ‘médicaments’, tout ceci est testé sur des animaux.

Acheter ces produits, c’est cautionner ces expérimentations.

Là encore, il existe tout un tas de produits non testés et qui sont parfaitement sains ! Si le produit est testé, on peut raisonnablement se demander pourquoi il a besoin d’être testé déjà ? Qu’ont-ils mis dedans qui demande à le tester pour être sûr que cela ne soit pas un poison ?

Les végétaux souffrent aussi !

Les végétaux n’ont pas de système nerveux et donc ne vont pas ressentir la douleur comme nous ou les autres animaux. (Il est vrai que certains communiquent entre eux pour se défendre de prédateurs oui. Mais cela n’en fait pas des êtres sensibles.)

Cependant, étant donné qu’être vegan, c’est au final diminuer la consommation de végétaux dans le monde, la question ne se pose pas. Etre vegan, c’est faire son maximum pour diminuer les souffrances causées tout en continuant à vivre ‘normalement’.

(Voir la réponse à la question « comment produire assez de végétaux pour nourrir tous les humains » pour en savoir plus.)

 

Remarques entendues

L’homme préhistorique vivait de chasse.

L’être humain vivait proche des régions tropicales à ses débuts. Ainsi, il pouvait trouver toute l’année des fruits pour se nourrir. Il était cueilleur, il n’est pas arrivé sur terre avec un arc et des flèches, ni un fusil…

C’est lorsqu’il a commencé à se reproduire, à explorer, à coloniser toutes les terres de la planète qu’il s’est retrouvé dans la situation où il ne pouvait plus trouver assez de fruits pour se nourrir. Du coup, il a dû improviser pour survivre dans ces zones inadaptées à sa biologie.

Il me semble qu’aujourd’hui, nous ne sommes plus dans une situation où nous ne pouvons pas cultiver ou récupérer des fruits et les transporter dans ces zones où l’homme s’est installé alors qu’elles ne sont pas adaptées à son régime alimentaire. Il n’est plus nécessaire de vivre comme au temps des cavernes.

C’est juste de la viande, du porc, du bœuf, du poulet…

Oui, car il ne faut pas que le consommateur puisse faire le lien avec ce qu’il achète. Donc on n’appelle pas cela de la chair animale, du cochon, de la vache ou de la poule… Non, à la place, on fait de jolis emballages avec des photos entièrement truquées de vaches qui ont le sourire, de poules qui dansent…

C’est simplement de la manipulation marketing. Si on appelait ça de la vache et qu’on y mettait des photos réelles de leurs conditions de vie, les consommateurs verraient leur conscience se réveiller et les faire grandement hésiter à acheter de tels ‘produits’. Ce n’est pas dans l’intérêt des industriels bien évidemment. La réalité est négative et ferait fuir l’immense majorité des consommateurs qui préfèreront toujours se voiler la face plutôt que de regarder ce qu’ils ont vraiment dans leur assiette.

Je n’aime pas les végétaux.

Bonne nouvelle pour vous, vous pourrez continuer à manger comme avant. Il existe tout un tas de ‘simili-carné’ aujourd’hui. Je n’ai aucun intérêt personnel à leur faire de la pub, mais vous pouvez regarder sur le site ‘unmondevegan’, ils en proposent beaucoup. De même, dans à peu près tous les magasins ‘bio’ (réseau biocoop et autres), ils en vendent.

Vous serez surpris des goûts possibles à obtenir à partir de végétaux !

Hitler était végétarien.

Déjà, il ne l’était pas. Mais même s’il l’avait été, quel est le rapport ? Et tous les autres monstres de l’histoire qui étaient pour la plupart des mangeurs de chair animale ?

Pourquoi ne pas prendre exemple sur d’autres végétariens comme Bouddha, Darwin, Edison, Einstein, Franklin, Léonard de Vinci, Newton, Montaigne, Platon, Plutarque, Pythagore, Rousseau, Schopenhaueur, Socrate, Voltaire et bien d’autres ?

C’est « amusant » de voir que ces personnages, de toutes ces époques, ayant marqué l’histoire étaient en fait végétariens...  Il y a une raison peut-être si les génies comme Léonard de Vinci étaient végétariens, vous ne pensez pas ?

Si vous étiez coincés sur une île déserte, mourant de faim, que mangeriez-vous ?

Alors déjà, si c’est une île ‘déserte’, cela voudrait dire qu’il n’y a rien dessus, et en tout cas pas d’animaux, sinon bien évidemment, elle ne serait plus ‘déserte’… Au mieux, il pourrait y avoir quelques arbres et dans ce cas, seulement des végétaux tels que des noix de coco à manger. (A ce propos, peu de gens semblent connaître cette anecdote, mais lors de la seconde guerre mondiale, certains soldats américains se sont retrouvés piégés dans des lieux ‘déserts’. Dans ces archives, nous pouvons voir ces soldats s’enregistrer en train de mourir de faim et nous pouvons aussi voir sur ces images des noix de coco dans les arbres… Encore faut-il savoir reconnaître ce qui est comestible dans la nature avant de ne supposer que s’il n’y a pas d’animal à manger, il n’y a rien. En France par exemple, beaucoup de gens ne savent pas retrouver des noix dans les bois. Ce genre d’information n’est plus enseigné depuis longtemps à l’école...)

Dans tous les cas, c’est un scénario plus qu’improbable et qui n’arrivera jamais à l’immense majorité de la population. Nous sommes sur un continent et nous avons accès à tout ce que nous pourrions vouloir de nos jours.

Je mange des animaux qui ont été élevés chez quelqu’un qui aime ses animaux.

Combien de temps ont-ils vécu ? Quelques mois si ce sont des veaux mâles, quelques années si ce sont des vaches. Quelques mois si ce sont des poules… Au final, ils se retrouvent tous au même endroit, peu importe s’ils ont passé leur vie sans pouvoir bouger ou s’ils ont eu un peu plus d’espace : l’abattoir, avec tout ce que cela implique pour l’animal en terme de maltraitance, de souffrances et de terreur pour l’animal.

J’aime mes « bêtes » !

Si vous les aimez vraiment, alors il faudrait déjà commencer par les appeler convenablement ! Ce sont des animaux, des êtres sensibles doués d’émotions…

Bête est un terme à connotation péjorative en français. Animal est le terme approprié quand on les aime « vraiment ».

Les animaux se mangent bien entre eux !

Les carnivores n’attrapent que rarement leur proie, dans environ 20% des cas seulement. Les autres s’enfuient donc. Et ils attrapent lesquels ? Les vieux, les malades.

Comment peut-on comparer cela à élever des animaux, dans le but de les tuer, sans qu’ils n’aient aucune chance de s’en sortir ? Cela n’a simplement rien à voir.

 

De plus et le plus important sans doute, l’humain n’a pas la morphologie pour chasser ni l’anatomie pour manger d’autres animaux de toute façon comme vous pourrez le voir dans la réponse à la question « l’homme est omnivore ».

Les vaches produisent du lait naturellement.

Faux. Si vous êtes une femme, vous devez sans doute déjà le savoir que vous ne produisez pas de lait toute votre vie, juste comme ça. Si vous êtes un homme, demandez à une femme si vous ne le saviez pas…

La vache, comme la chèvre, comme la brebis et comme la femme, toutes appartiennent au monde des mammifères. En tant que tel, il n’y a que dans un cas qu’il y a production de lait : lorsqu’elle est enceinte.

Ainsi, les vaches laitières sont maintenues constamment enceintes, d’années en années. Mais comme elles sont trop exploitées et affaiblies et qu’elles ne peuvent plus supporter le poids des taureaux, elles sont inséminées artificiellement, autrement dit, elles sont violées, une fois par an.

C’est trop bon la viande, le fromage !

Que ce soit pour la chair animale ou le fromage, il existe des alternatives végétales.

De même que des simili-carnés (Voir ‘je n’aime pas les végétaux’), il y a de nombreux faux fromages à base de végétaux. (Vous les trouverez aux mêmes endroits que les simili-carnés.)

Maintenant que vous savez qu’il existe une alternative, pensez-vous vraiment que votre remarque puisse être défendable à la lecture de cette FAQ ? (Si vous avez commencé par cette question, continuez à lire, vous comprendrez.)

Vous tuez des animaux en récoltant des céréales et autres plantes.

Oui, il est vrai que lors de la récolte des céréales, des animaux tels que des souris sont tués par les machines. Certaines personnes sont fruitariennes et ne vont manger que les fruits ‘tombant’ de l’arbre, ne causant aucune mort, ni animale, ni végétale.

Dans le cas où une personne ne l’est pas, en sachant qu’il faudra au moins dix fois plus de céréales pour se nourrir à base d’un régime omnivore (céréales consommées par les animaux d’élevage — voir « en quoi cela touche les humains qui meurent de faim »), de choisir un régime végétalien va de même diminuer le besoin en cultures. Et donc diminuer grandement le nombre d’animaux tués lors des récoltes.

La vitamine B12 est d’origine animale.

Faux. La vitamine B12 est produite par des bactéries et est présente partout où sont ces bactéries. Il y en a donc dans les « produits » animaux, mais aussi sur les végétaux et même dans notre corps ainsi que sur la peau.

A ce propos, saviez-vous que les animaux d’élevage sont supplémentés en vitamine B12 ? (Le plus gros de la production de vitamine B12, sous sa forme synthétique, la cyanocobalamine, part en direction des élevages et non pas en direction des magasins destinés à la consommation humaine. — pour en savoir plus, voir la réponse à la question : « Faut-il prendre un supplément en vitamine B12. »)

Je connais un vegan un jour qui a fait…

Et ? Cela en revient un peu à la remarque sur Hitler. (Voir la réponse à ce propos.)

Ce n’est pas parce qu’une personne fait une chose mal ou qu’on juge mal que forcément tous les gens semblant partager un point commun avec cette même personne sont pareilles.

Je connais un vegan qui est en mauvaise santé.

La malbouffe n’est pas limitée au régime omnivore, il existe de la malbouffe vegan oui ! Elle n’a rien de sain et cela va provoquer aussi tout un tas de problèmes de santé. (Cela comprend les aliments transformés, les ajouts chimiques, etc.)

Aussi, il y a de nombreux autres facteurs à prendre en compte en plus de l’alimentation, car du point de vue de la santé, un vegan est un végétalien. A côté, il y a les produits cosmétiques (la peau est notre plus gros organe et les substances qu’on y dépose dessus sont absorbées, puis rejoignent le flux sanguin pour finir par être traitées par le foie) sont très souvent oubliés alors qu’ils contiennent de nombreuses substances chimiques très toxiques et sont la cause de très nombreux cancers entre autre (malheureusement, beaucoup de marques de produits cosmétiques vegans utilisent des substances cancérigènes, les mêmes que l’on retrouve dans les produits non-vegan).

 

Si vous cherchez vraiment une « catégorie » de gens qui serait en bonne santé, il faudrait en trouver une qui serait : végétalienne/vegan ne consommant rien qui soit inadapté à la biologie humaine, frugivore, n’utilisant pas de produits chimiques, vivant dans un cadre naturel et agréable peu pollué et sans activité trop stressante, ne consommant aucune drogue ou tabac (y compris passif) ou alcool, évitant de trop s’exposer aux ondes et radiations diverses (il s’agit entre autre d’éteindre le portable lorsqu’il est sur soi, d’utiliser du filaire à la place du wi-fi et de bien veiller à ce que le wi-fi n’émette plus…), s’exposant suffisamment au soleil (pour la vitamine D), faisant des activités physiques régulières...

Je pense avoir fait le tour du plus important. Je vous assure, des gens comme ça existent, bien que j’imagine que certains doivent être choqués en lisant une telle liste.

Je respecte vos choix alors respectez les miens.

Acheter des produits animaux (alimentation, vêtements, cosmétiques...) ou testés sur les animaux n'est pas un choix personnel.
Une chose qui cause autant de souffrance et met fin à autant de vies innocentes ne pourra jamais être appelée un « choix personnel ».

Un choix personnel est,  comme son nom l’indique, personnel. Dès lors que vous mettez fin à d’autres vies ou que vous utilisez des esclaves, cela n’a plus rien de « personnel ».

Si je suis végétarien, je peux être content de ne plus causer de souffrances.

L’industrie laitière est parmi celles qui vont causer le plus de souffrances (Voir mon article à ce sujet : http://blog.arnaud-p.fr/la-condition-animale-exemple-de-lindustrie-laitiere/ ). De même que pour l’industrie des œufs. Les sous-produits tels que le cuir sont à base de souffrance et continuer à en acheter, c’est continuer à produire de la demande ; de la demande que des animaux soient tués inutilement (car le similicuir se démocratise aujourd’hui et cela devient de plus en plus simple d’en trouver). Ce n’est pas cohérent de se dire végétarien pour l’éthique puisqu’on va continuer à supporter ce système de souffrances et de tueries.

Ce n’est qu’un jus de fruit, de l’alcool, il n’y a pas de produits animaux dedans.

Les industriels ne s’en vantent pas, mais souvent, des produits animaux sont utilisés comme système de filtration.

Du sang est ajouté dans certains vins pour lui donner un meilleur aspect par exemple.

Des jus de fruits ont des « suppléments » à base de produits animaux ajoutés. (Regardez la liste des ingrédients, si vous voyez par exemple vitamine D, de la D3, vous pouvez être sûrs que c’est à base de foie de poisson. La D2 est végétale oui, mais elle est moins assimilable et son taux de toxicité s’atteint plus rapidement. La D3 étant celle synthétisée par notre peau sous les rayons du soleil, c’est la plus adaptée. Il existe à ma connaissance une seule source de vitamine D3 vegan, obtenue à base d’un mélange de champignons, par « nature’s plus ». Le choix est encore limité à ce propos, mais il faut espérer que cela se démocratisera et que d’autres feront leur apparition.)

C’est simplement de la colle pour faire tenir l’étiquette.

Si vous mettez un bocal à tremper et que l’étiquette se décolle, vous avez dans vos mains de la caséine, provenant du lait de vache, utilisée comme colle...

(Certains livres aussi en utilisent, mais là, ce n’est vraiment pas facile de savoir, à moins de jeter un livre qu’on aurait acheté afin de savoir... ce qui est un peu ridicule. Certains choisissent le dématérialisé à cause de cela, pour être « sûrs ».)

C’est plus cher d’être vegan.

Pour une même quantité de calories, c’est moins cher en réalité d’être vegan (un exemple : les céréales, légumineuses, c’est vegan).

C’est pourquoi en Inde, près de 40% de la population est végétarienne et pourquoi l’alimentation selon un régime à base de beaucoup de produits animaux est réservée uniquement aux pays « riches ».

Ce n’est pas facile de pouvoir être vegan en France.

Tout dépend de ce que l’on souhaite faire. Il est vrai que la France est parmi les pays où le véganisme est le moins avancé au monde. Il peut relever du défi de trouver de bonnes chaussures sans cuir. (Pour ça merci internet et les sites comme vegetarianshoes il faut bien l’avouer.)

Le principal obstacle est la « bêtise humaine » toutefois. Car il est parfaitement possible de vivre, en ne manquant de rien matériellement et en vivant comme avant, le tout en étant vegan en France aujourd’hui. Mais il est vrai que beaucoup de vegans subissent le comportement de gens ne souhaitant pas essayer de comprendre, ne voulant surtout pas risquer de se rendre compte que les vegans pourraient avoir raison et qui ainsi vont chercher à les ridiculiser, à les ennuyer, à les agresser. Certains ont appelé cela la végéphobie. (Vous trouverez facilement des publications à ce sujet sur internet.)

Qu’est-ce que le spécisme ?

Il s’agit de différencier deux individus sur la base de la différence entre leurs espèces. Ainsi, refuser certains droits à certaines espèces alors que d’autres en bénéficient relève du même type d’idéologie que le racisme, le sexisme ou l’homophobie.

Etre antispéciste, c’est être contre ces discriminations arbitraires.

 

2 réflexions au sujet de « FAQ Véganisme »

    1. ArnaudP Auteur de l’article

      Le « végétalisme » (mot donné seul) correspond à une pratique alimentaire.

      Pour le véganisme, nous pouvons l'appeler « végétalisme intégral » pour utiliser des termes français uniquement. Toutefois, comme cette formulation n'est presque jamais utilisée dans la pratique, j'ai choisi la formulation plus courante afin de rendre la page plus accessible, lors de recherches sur google par exemple.(Car les gens vont avoir tendance à écrire « véganisme » et non « végétalisme intégral » dans leurs recherches.)

      Répondre

Répondre à ArnaudP Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>